• Panne d'Orange!


    Non, non pas le fruit ce qui eut certainement été catastrophique : pas de jus d’orange frais, pas de canard à l’orange dans les restaurants, pas de « punch »… Bon d’accord, ce n‘est pas drôle…

    Sans rire donc,  on peut constater que la panne « géante » a été réparée en  dix ou douze heures ce qui n’est pas si mal.  Qui en a souffert ?
    Le citoyen lambda a –t-il subi des préjudices graves ?
    Toute la question est dans le terme « préjudice ».

    Peut-on parler de préjudice pour celles et ceux qui n’utilisent pas le « portable » à tout bout de champ ? Ceux-là ne faisaient sûrement pas partie des « twitteurs»  (Petit Larousse) déchainés par la panne réclamant déjà des indemnités.  Et ceux qui utilisent le téléphone portable pour appeler  du supermarché  pour demander s’il faut prendre  des pommes ou des…oranges? Sans doute pas.

    C’est vrai que dix ou douze heures sans pouvoir appeler ou consulter ses messages sur internet, c’est un peu gênant mais quand même pas catastrophique pour tout le monde. Mais c’est gênant.

    Orange a bien réagi en disant qu’il va indemniser ses clients. Mais, à mon sens,  il ne doit indemniser  que ceux qui ont subi un véritable préjudice et surtout utiliser ses finances - donc celles des clients qui payent - non pas pour faire un « geste commercial »qui pourrait être disproportionné pour ceux qui n’ont pas subi de réels préjudices mais plutôt pour investir dans une meilleure sécurité. Changer d’opérateur - comme j’ai pu l’entendre ici ou là – est certes  une possibilité mais ne garantit pas que chez un autre prestataire cela ne peut pas arriver.

    Il semble bien que les préjudices soient différents selon le besoin qu’on a d’utiliser l’outil téléphone. Il est sûr que pour certaines professions nomades : représentants, infirmières à domicile, médecin, chauffeur de camion… ce fut sans doute difficile. 

    Cela a- t- il empêché les spéculateurs en bourse de faire des profits indécents ?  
    Les entreprises ont-elles des moyens de communication et autres de secours comme, par exemple, on en  a dans les hôpitaux sous forme de  générateurs en cas de panne électrique ? La question mérite d’être posée. Si cela n’est pas le cas, il faut y réfléchir.

    Au-delà du fait qu’un prestataire de service de ce type (Orange ou un autre) se doit d’assurer le service pour lequel on l’a payé  (parfois  cher), se pose un certain nombre de questions  induites par un tel événement qui peut se produire et qui sans nul doute se reproduira encore, rien n’étant infaillible. Penser le contraire relève de l’inconscience voire de l’irresponsabilité.
    Cela apporte quelques réflexions face aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. On voit, là, la puissance et l’impact que ces prestataires ont sur notre quotidien

     On peut ressentir de quelle manière nous sommes dépendants d’habitudes que nous avons prises pour communiquer ce qui  nous oblige à une certaine forme d’organisation.  On n’a donc pas prévu qu’il pouvait y avoir une panne et s’organiser autrement  devient difficile voire impossible: on ne compte que sur le téléphone portable ou internet. On n’a en effet plus de carte téléphonique dans la poche pour appeler d’une cabine (Encore faut-il en trouver une ce qui n'est pas gagné) .

     Pas facile !

    Il y a peut-être lieu aussi, vu le gigantisme de la panne et ce qu’elle a probablement induit , de prendre conscience que tout l’édifice est fragile : les logiciels, les « tuyaux », les réseaux… tout cela peut faire l’objet d’une panne ou d’une destruction involontaire ou …volontaire dont les conséquences peuvent sans doute être dramatiques quand elles touchent à l’organisation de certains point vitaux de la société.
    C’est un peu comme les centrales nucléaires : tout est très sûr mais rien n’est jamais sûr à 100%. On l’a vu au Japon.

    Des pans de plus en plus nombreux de la société  liés aux NTIC ont peut-être plus à craindre d’une fragilité réelle  et se doivent de prévoir plus les risques. Il serait bon, si ce n’est fait, d’étudier comment  limiter les dégâts majeurs.

    La panne d’Orange aura été utile si nos gouvernants et divers responsables ont pris la mesure de ce qui peut arriver au cas où… et nous aussi bien sûr.

    « Cuisine: tajine de souris d'agneau à ma façonFournitures scolaires : ça va flamber ! »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter