• Mariage pour tous : une tempête dans un verre d’eau !

    Mariage pour tous : une tempête dans un verre d’eau !Je sais , d’aucuns diront que j’y vais un peu fort en reléguant à « si peu » le résultat d’une manifestation plus ou  moins importante en nombre (comme d’habitude selon la police ou selon les organisateurs) dont le projet de loi sur le mariage pour tous a fait l’objet. J’en ai connu d’autres sur des sujets beaucoup plus importants pour l’avenir de nos concitoyens  comme celles par exemple des retraites ou la destruction des moyens de l’éducation nationale. 

    On nous annonce la fin de la famille, une future société sans règles morales… et autres billevesées argumentées souvent par nombre de mensonges qui « plus ils sont gros, plus ils passent ».

     

    (Impact d'une goutte d'eau. image wikimedia common du jour du 30 avril 2006, GNU Free Documentation License version 1.2)

    Sur le point d’une société sans règles morales, on pourrait en dire beaucoup ne serait-ce que dans la société actuelle quand on assiste à l’égoïsme qui monte, au chacun pour soi, aux écarts de plus en plus importants  entre les riches et les pauvres, à l’hypocrisie des discours politico médiatique, aux divers mensonges prodigués pour tromper les électeurs, au racisme… La morale a bon dos, tout dépend à qui elle s’adresse et à qui elle sert d’alibi pour une raison ou une autre qui n’a d’ailleurs rien à voir en réalité avec la « morale » républicaine.

    Que l’on débatte d’une loi bio-éthique qui doit être réfléchie et traitée en conscience , je veux bien. 

    Le reste n’est que tempête dans un verre d’eau.

    Le projet de loi sur le  mariage civil  des homosexuels et  l’adoption ne provoque en effet qu’ une tempête dans un verre d'eau à laquelle on veut faire accorder une importance démesurée.  Elle fait la une des journaux, mais on l’aura oubliée demain. En Espagne, pays très « catholique » où une manifestation contre le mariage pour tous a rassemblé 1,5 million de manifestants en l’année 2005, la loi a été adoptée et elle ne pose plus aucun problème. On en parle même plus et même la droite ne la conteste plus. Et on pourrait citer dans le monde pas loin d’une trentaine de pays qui ont accordé les mêmes droits à tous leurs citoyens sur l’union ou le mariage.

    Je maintiens donc l’expression « tempête dans un verre d’eau » ou agitation exagérée autour d’un sujet qui n’est en somme qu’un progrès normal pour notre société.  

    Que des citoyens manifestent pour faire entendre leur point de vue c’est normal et c’est un droit.

    Ce qui est  discutable c’est la tromperie organisée sur les motifs de s’opposer au mariage pour tous de la part de ceux qui appellent nos concitoyens à manifester pour conforter leur image institutionnelle défaillante.

    Mariage pour tous : une tempête dans un verre d’eau !Dans ceux qui ont appelé à manifester, je cite tout de suite Frigide BARJOT, celle qui se croit inspirée d’on ne sait quel esprit saint (?) pour s’attribuer le rôle de porte-parole de citoyens qui ne lui ont rien demandé. Le plus grave dans son cas, ce sont les mensonges (conscients ou inconscients ?)qu’elle profère pour mobiliser en essayant de faire  croire que c’est le mariage civil tout entier qui sera détruit alors que la loi ne modifiera en rien ce mariage pour les hétéro sexuels et n’empêchera aucun chrétien hétéro sexuel  à vivre un mariage religieux conformément à sa foi : «Si cette loi passe, il n’y aura sur vos papiers d’identité plus « sexe : homme ou femme » mais « genre et genre ». Ce sera soit homo, hétéro, trans, bi ou autre, on ne sait pas encore ce qu’on peut être, c’est selon son orientation sexuelle au moment où on veut bien la vivre, où on ne veut pas la vivre. Et ça, personne ne vous le dit ». Du n’importe quoi !  C’est du délire et de la mauvaise foi, puisque si on lit bien le projet de loi on constate qu’aucun des principes régissant le mariage n’est modifié. On admet simplement le droit du mariage aux homosexuels. On remplace les mots "père et mère" par « parents ». On ne change en rien l’obligation des époux (terme actuellement utilisé) qui se doivent assistance mutuelle etc…

    La vérité de madame BARJOT est tronquée et va jusqu’à essayer de faire croire que l’on pourrait même aller vers l’inceste ! Laissons là à ses fantasmes nauséabonds.               ( auteur   Enrico Mazzanti (1852-1910), domaine public)

    La taille et la force des vagues de la tempête dans le verre d'eau pourraient-ils être plus terribles si l’eau était bénite ?

    Que nenni !

    En tout cas, après la position de « responsables » des églises contre le mariage pour tous, nombre d’extrémistes ont saisi l’occasion pour lancer leurs boules puantes : un curé a établi un parallèle entre le gouvernement Hollande et le régime nazi ,  un archevêque a évoqué la dépénalisation de l’inceste, des religieux ont appelé leurs fidèles à la « croisade » contre le mariage gay. Tous ces propos et appels indignes n’ont pas été condamnés par l’église catholique qui a même favorisé une tentative de mêler les écoles privées au débat.

    Et puis il y a la politique politicienne pour un combat d’arrière-garde d’une partie de la droite. 

    Pour poursuivre, je ne peux m’empêcher de citer le patron actuel de l’UMP, monsieur Jean -François COPE - le monsieur constamment  « très  inquiet » pour la France-  dont le discours à géométrie variable permet d’utiliser cette manifestation pour essayer de redorer le blason (ou le sien ?) d’une opposition en mal de propositions. Je dis « à géométrie variable » car monsieur COPE semble avoir la mémoire assez courte. On pourrait lui rappeler comme l’on fait nombre de médias notamment télévisés ses interventions à propos de la valeur des manifestations quand son « ami » Nicolas Sarkozy était au pouvoir :

    - 13 janvier 2012 à propos du « succès » de la manifestation contre le mariage pour tous : « Là, on voit très clairement qu’il y a en France des millions de français qui sont très très préoccupés par cette réforme » … » Le moment est venu pour François Hollande d’entendre la clameur du peuple français.. »

    - Et en octobre 2010 à propos notamment des mobilisations sur les retraites il semble bien que le même monsieur Copé ne demandait pas à Nicolas Sarkozy d’entendre cette clameur : « Qu’on arrête de penser que sous prétexte qu’il y a des mouvements dans un certain nombre de secteurs cela signifie que le pays est hostile… » et le 15 octobre 2010 : « Quand il y a des manifestations ,des gens qui descendant dans la rue, cela ne signifie pas que tout le pays est dans la rue » …et une autre fois : « Que dirait-on d’un président et d’un gouvernement qui dirait bon ...on retire le projet… ».  Hé oui...

    L'UMP  a sans doute besoin de faire oublier ses divisions et se rallier certains fidèles d’une partie de la  famille catholique dans un combat qui frise une atteinte à la laïcité.
    Je ne mets pas tous les catholiques dans le même « verre ». Il en est des sincères qui s’en réfèrent honnêtement à leurs croyance et n’ont pas besoin d’être « guidés » (ou téléguidés) pour avoir une opinion.

    Après l’annonce de la position de l’église catholique sur le mariage pour tous, nombre de personnalités de droite ont apporté un soutien sans limite à la manifestation du 13 janvier et ont dit qu’il fallait que le débat ait lieu dans les écoles privées. Ils ont critiqué la mise  en garde de Vincent Peillon sur le nécessaire respect de la laïcité au sein des écoles qu’elles soient publiques et privées (la plupart étant sous contrat d’association* et de ce fait soumises aux règles de l’éducation nationale). C’est donc bien la droite qui veut rallumer la guerre scolaire pour mettre  en difficulté le gouvernement et non pas l’inverse.

    Pour conclure…  

    L'Eglise – enfin certains de ses hauts dignitaires - se positionne dans les faits comme l'opposant numéro un au mariage pour tous. Le message n’est même pas religieux. Elle parle d’arguments anthropologiques ! Elle va jusqu’à affirmer que l’homosexualité met en péril le devenir de l’humanité !  Ce n’est pas son rôle.

    Que l’Eglise et  ces  dignitaires  se préoccupent plutôt du mariage religieux et des autres dogmes et règles qu’ils ont la charge d’administrer et peut-être aussi de faire évoluer avec le temps.  

    En vérité, c'est que le mariage pour tous  heurte les croyances de certains « chefs » religieux. Il faut quand même savoir que  leurs livres sacrés (ou leurs sacrés livres) condamnent l'homosexualité qui est pour eux un pêché.  (De la même manière, il y aurait des choses à dire sur la manière dont la femme est considérée).

    Que l’Eglise reste donc à sa place !                                      

     ( Image d'en tête de la palette de navigation "Droit civil" de Wikipédia francophone, 15 mai 2006, GNU Free Documentation License version 1.2)

    Mariage pour tous : une tempête dans un verre d’eau !Que des croyants – pas tous - estiment que le mariage doit se faire uniquement entre un homme et une femme, c’est  leur droit de l’exprimer.  Heureusement, l’église catholique c’est aussi des croyants qui n’ont pas forcément tous cet avis, bien loin de là. Certains font avec raison et lucidité la  différence entre mariage religieux et civil. Ce dernier, de par son qualificatif "civil" justement, n’a pas à obéir à d’autres lois que celles du code du même nom. Il  permet de mettre tous les citoyens quelques soient leur orientation sexuelle à égalité de droit et de devoir en tant que citoyen et habitant de la France.  Et c’est très positif et ça n’enlève aucun droit  à personne. Cela n’empêche pas non plus un croyant de défendre et de vivre les concepts du mariage religieux qu’il a toute liberté de choisir.

    Ne pas accepter le mariage civil pour tous ceux qui le veulent c’est conserver une ségrégation qui n’a  pas lieu d’être.  

     

                                                                                                                               (Gutemberg Bible, domaine public) 

    Mariage pour tous : une tempête dans un verre d’eau !

    Mariage pour tous : une tempête dans un verre d’eau !    Mariage pour tous : une tempête dans un verre d’eau !

     (medieval  Jérusamen Talmud  

    1901/1906, domaine public)

      

     

     

     

     

    (Page de titre de la première édition (1783) de la traduction du Coran par Claude-Etienne Savary, domaine public)

    Notre démocratie n’a pas à se préoccuper des bibles, coran ou talmud divers pour légiférer. On n’en a pas besoin pour faire les lois de la république française. Il faut quand même rappeler que nous  sommes dans un état laïc et qu’on n’a pas à vouloir nous suggérer des règles bibliques, talmudiques ou d’une quelconque charia. Il y a bien longtemps que nous ne sommes plus en Chrétienté.

    (Texte de la loii de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Ce document est une reproduction d’un texte officiel (  publié au Journal officiel de la République Française. Il n’est donc couvert par aucun droit d’auteur) 

    Mariage pour tous : une tempête dans un verre d’eau !  Mariage pour tous : une tempête dans un verre d’eau ! (La séparation de l’Église et de l’État, dessin de Léandre paru dans Le Rire, 20 mai 1905. (le personnage du milieu est Jean-Baptiste Bienvenu-Martin, ministre de l’Éducation nationale)  auteur inconnu, 1905, Domaine public)

     

    Pour en terminer, il faut aussi  rappeler quand même que l’Eglise s’est opposée au divorce, au vote des femmes (1944), à l'avortement (1975), à l'abolition de la peine de mort (1981) , au Pacs(1999).  Heureusement les gouvernants et les  législateurs de notre république laïque ne les ont pas écoutés. Je n’ose même pas imaginer où nous en serions si on avait fait autrement.  

    Il faut donc que le Président François Hollande  confirme avec détermination et sans faiblesses ses promesses de campagne pour lesquelles il a été élu. Le référendum n’a pas lieu d’être.

    Que la force soit avec lui…

    Amen.

     

     

    * Les écoles privées sous contrat d'association :Ce contrat oblige l’établissement à accueillir les enfants sans distinction d’origine, d’opinion ou de croyance. En contrepartie, l’État rémunère les enseignants, qui ont réussi des concours analogues à ceux de l’enseignement public, et les collectivités publiques financent le fonctionnement de l’établissement dans les mêmes proportions qu’ils financent les écoles et les établissements publics

     

    « Les rythmes pour la Refondation de l’école : une grave déception…Rythmes et refondation de l’Ecole (suite) : où va-t-on ? »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter