• LE GRAND DEBAT : PEUT-ON FAIRE EXPLOSER LA NASSE?

    Le « Grand Débat » a été voulu par Emmanuel Macron comme moyen de calmer la colère après l’annonce du 10 décembre des 10 milliards de soi-disant efforts sans précédents qui ne sont en réalité que des aumônes qui n’ont répondu que très partiellement à la réalité des préoccupations.

    En jouant de cet exercice, le Président a-t-il mesuré que si les citoyens jouent le jeu, ils en attendront autre chose que des miettes mais bien un changement profond de la politique menée jusqu’ici qui seul peut permettre que la crise profonde qui s’est exprimée soit résolue ?

    Il ne doit pas croire qu’il pourra atténuer les revendications légitimes des Gilets Jaunes et à travers eux nombre de françaises et de français qui se reconnaissent dans leurs demandes.

    J’estime que si je devais participer au grand Débat dans une réunion locale ou même à la télé ou a radio comme cela se met en place, j’essayerai de faire « exploser la nasse » dans laquelle nous sommes enfermés par les propos mêmes du président qui ne compte modifier son cap que peut-être à la marge notamment dans le domaine de la fiscalité.
    Quant au questionnaire, à quoi cela sert de répondre de manière simpliste par OUI ou NON à des questions...avec des choix manquants?

    Quant aux questions ouvertes, peut-être il y a-t-il moyen d’exprimer un avis ou une proposition mais la place laissée pour écrire et développer est un peu restreinte...

    J'eusse pu me laisser aller à des impressions globales subjectives. Il était important pour moi d’analyser dans le détail tout cela pour savoir si je devais participer ou non, officiellement, à ce grand débat et donc si il y avait quelque chance que le président nous propose un nouveau contrat.  

    CAMPAGNE PRESIDENTIELLE : UN GRAND « MICMAC » OU UN VAUDEVILLE?

    (auteur Pexels, pixabay, CC0 domaine public)

    LA PARTICIPATION DES FRANÇAIS AU DÉBAT

    Dans quelle mesure les françaises et les français vont-ils participer à ce débat ?

    J’ai pu lire ici ou là quelques informations des médias sur le sujet.

    Pour l’instant nul ne peut le dire même si Sébastien Lecornu a indiqué que "sur (ces) 360 débats, globalement 40% sont organisés par des élus locaux, des collectivités territoriales, 40% sont organisés par des citoyens et 20%, ce sont bien évidemment des moyennes, sont organisées par des associations". Il y aurait 600 débats programmés.

    Une bonne partie des rencontres prévues seraient à l’initiative d’élus locaux, souvent LREM.

    Cela ne signifie donc encore peu de choses pour en tirer des conclusions.

    D’après le site PUBLIC SENAT, selon une enquête Opinion Way, réalisée pour Public Sénat, Le Point et État d'Esprit-Stratis avant le 15 janvier, 47% des Français souhaitent participer au débat, contre 52% qui n’en ont pas l’intention (1% ne se prononce pas). « L’institut note que ce « n’est pas un résultat particulièrement élevé pour ce type de sondage ». Le score est même jugé « plutôt faible », en sachant que d’autres études indiquent que les trois quarts des Français souhaitent donner leur avis sur des projets publics qui les concernent. » (Source : https://www.publicsenat.fr/article/politique/sondage-52-des-francais-n-ont-pas-l-intention-de-participer-au-grand-debat )

     

    J’apprends que Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes, serait co-animatrice avec Cyril Hanouna, d’un grand débat sur C8 ce vendredi soir.

    Cela semble être dans le droit fil de la politique de communication adoptée par Emmanuel Macron qui a demandé à ses ministres de s’impliquer.

    Une manière de forcer l’audience et d’augmenter le chiffre de la participation en utilisant un programme spectacle ?

    Qui sera invité et participera à ce débat pour que les avis se confrontent? Il serait donné la parole à des "retraités, infirmiers, demandeurs d'emploi, commerçants, enseignants, agriculteurs" qui "témoigneront de leur quotidien", a précisé C8 dans un communiqué. 

    Comment seront choisies ces personnes?

    C8 explique que ce ne sera pas un "débat politique", mais "un échange citoyen avec des propositions concrètes"

    Je ne vois pas en quoi ce ne serait donc pas un débat politique.

    Ce qui me gêne le plus c’est qu’un vote en direct auprès des téléspectateurs sera organisé lors de « cet atelier » « pour retenir sept idées qui seront transmises au gouvernement ».

    C’est donc, en somme une sorte de référendum à choix multiple qui est organisé auprès de téléspectateurs anonymes qui eux n’auront pas échangé mais choisiront « sept idées ».

    Le poids de ces idées sera-t-il fonction du nombre de participants au vote ? Quelle valeur cela aura-t-il par rapport aux idées d’un débat local mené avec une centaine de personnes ?

    Ces moyens hors normes pour organiser un référendum pour tenter de faire participer des téléspectateurs est-il bien normal ?

    La secrétaire d’État se défend d’y apporter son propre point de vue.

    Elle animera néanmoins les échanges.

    Elle explique que « C’est une « bonne initiative que d’aller s’adresser à 700 000 personnes qui regardent l’émission de Cyril Hanouna et qui peut-être n’auraient pas su comment participer au grand débat national » Tout cela est plein de sous-entendu vis à vis du public concerné. Ne serait-il pas capable sans cela de s’intéresser à ce type de débat parce qu’il est spectateur assidu des émissions de Cyril Hanouna ?

    Après le show de la tournée des départements par Emmanuel Macron, voici le show débat spectacle télévisé animé par une ministre.

    Pour mémoire, au 1er janvier 2019, la France compte 34 970 communes dont 34 841 en France métropolitaine et 129 dans les DOM.

    Si on considère ces chiffres cela me semble être par rapport à eux qu’on pourra se rendre compte de la réalité des échanges qui auront eu lieu sur le plan local.

    Un débat au moins par ville ou village ?
    Combien d’habitants participants ?

    LE GRAND DEBAT : PEUT-ON FAIRE EXPLOSER LA NASSE?(image modifiée, auteur Clker-Free-Vector-Images, CCO domaine public)

    QUE DEMANDE LE PEUPLE CONCERNÉ ?

    Mais le « GRAND DÉBAT » a cela de particulier qu’il est destiné à calmer les esprits.

    Il devrait avoir comme objectif d’être la possibilité pour les français de mettre à plat la politique actuelle et de proposer des solutions adaptées aux problèmes majeurs réels qu’ils rencontrent au quotidien.

    Pour cela il faut que cela ne soit pas tronqué ou biaisé.

    Or à quoi sert d’aborder le thème de la fiscalité ou des services publics alors que nous sommes placés dans une NASSE dont il est impossible de sortir du fait même de l’aveu du président qu’on ne changera rien aux grands principes et aux mesures qui ont été mises en place ? A quoi sert, par exemple, de nous demander si on veut supprimer des services publics alors que ceux-ci régressent ou sont insuffisants au niveau opérationnel ?

    Il n’est guère besoin de « Grand Débat » pour lister ce qui est essentiel et entre autres et non pas de manière exhaustive ou classée :

    • une vraie justice fiscale qui ne résume pas à la fiscalité des revenus ou à la taxe d’habitation mais traite aussi de la TVA, la CSG, l’assistanat aux entreprises privées, les paradis fiscaux, la lutte contre l’évasion et la fraude fiscale...
    • des revenus qui soient suffisant pour chaque citoyen vivre décemment ce qui implique de prendre comme priorité nationale la lutte contre la pauvreté et le mal logement, la situation des SDF, l’augmentation de certains salaires, la revalorisation des retraites par rapport à l’évolution véritable du coût de la vie et pas la stagnation et le recul
    • La lutte pour la survie de la planète
    • La santé, l’Ecole, la formation, l’université, la justice à faire évoluer sans l’usage préalable de la calculette des technocrates et au service de l’humain
    • Une modification de notre système démocratique dépassé et injuste notamment pour représenter chacun à tous les niveaux de l’organisation du pays

    On l’entend bien parmi ses réponses dans chacune des conférences –meeting que le président Macron mène avec brio dans les départements : Où aller chercher l’argent autrement que par des économies pour répondre à certaines revendications? ....
    Quand on soulève la question de l’ISF sa réponse est la théorie du ruissellement qui sera évalué...

    LE GRAND DEBAT : PEUT-ON FAIRE EXPLOSER LA NASSE?

    (Image modifiée geralt, CCO domaine public)

    PARTICIPER, NE PAS PARTICIPER ?

    Participer pour cautionner et faire le nombre pour montrer que le débat intéresse, à quoi cela sert-t-il s'il n'est qu'un défouloir qui ne mènera qu'à se faire plaisir en tombant dans le piège de ne parler que pour satisfaire son désir de débattre sans être sûr d'être pris au sérieux et faire le nombre pour les statistiques gouvernementales?

    D‘un autre côté ne pas participer c’est laisser le champ libre à toutes celles et ceux qui acceptent de rester dans le cadre défini et qui croient en la sincérité du président de « bâtir un nouveau contrat pour la Nation » alors que contrat sera au mieux aménagé à la marge...

    Ainsi que je l’ai écrit dans les billets précédents, trop de signes montrent que si contrat nouveau il y avait, il ne serait que le contrat initial du président modifié : Les participations ne peuvent accoucher que de miettes qu'on voudra bien nous octroyer pour faire croire, que le bon peuple a satisfaction, un peu dans la ligne des 10 milliards du 10 décembre annoncés comme une avancée exceptionnelle alors qu’il n’en est rien. ( Voir mes propos sur http://quaiducitoyen.eklablog.fr/mesures-macron-des-miettes-pour-les-gueux-1-sur-2-a155863744 et suivant).

    En bref, de la pure communication.

    A chacune et chacun de ne pas tomber dans le piège de ce nouveau miroir aux alouettes.

    Le seul débat ouvert semble être celui du fonctionnement démocratique... C’est un point important.

    EMMANUEL MACRON ET SON MIROIR AUX ALOUETTES

    (auteur OpenClipart-Vectors, CC0 domaine public

    LE CITOYEN EST FACE À UNE NASSE

    Je le disais dans le billet précédent, nous sommes face à une nasse à double titre :

    • Si on y entre en sachant parfaitement que le débat ne peut amener le président à revenir sur les réformes faites et qu’il garde le cap de ses objectifs fiscaux, ne nous permettant de répondre qu’à des questions qu’il veut bien examiner mais dont il décidera de la suite, on est piégé car quoi qu’on dise on participe à faire de ce débat un succès participatif qu’il ne mérite pas puisque tronqué. .
    • Si on n’y entre pas, on est dans la position du citoyen qui ne veut pas débattre alors qu’on peut s’exprimer et proposer sauf que des limites sont mises puisque des sujets et les propositions qui pourraient être faites ont été exclues dès le départ qu’on participe ou non.

    Peut-on faire exploser la NASSE , qu’aucun sujet ne soit TABOU et exiger que ce qui sera proposé hors cadre remonte?

    Je n'ai pas décidé de participer pour le moment au débat sur le site national. J'ai encore devant moi un temps de réflexion pour changer d'avis si nécessaire mais pour l'instant je n'ai pas l'intention de répondre à des questions fermées du type OUI ou NON.  

    Au plan local dans la mesure où seront organisées des réunions, j'irai et participerai si elles sont bien animées pour que tout le monde puisse s’exprimer, proposer et que les remontées se fassent correctement.

    Mais mon intention est donc par tous moyens utiles – sauf bien sûr la violence et le TNT ou le C4 - d'essayer faire exploser lors de ces réunions, si cela est possible, la nasse dans laquelle on veut nous enfermer afin que le résultat des débats ne puisse pas être ce qui est déjà attendu par Emmanuel Macron du fait même des questions soulevées.

    Mais ce ne sera pas simple...

    Et si ça n'est pas possible, il faut le faire savoir avec force.

    GRANDE CONSULTATION CITOYENNE: L'ESPRIT, LA LETTRE ET LES ACTES  - 4 sur 4

    (nasse: chasse passive; piègeage, piège à petit rongeur (souris, rat),CC BY-SA 3.0)

    POUR CONCLURE (TOUJOURS PROVISOIREMENT)

    A cette heure, tout le tournant du quinquennat est là pour celui qui prétendait apporter un souffle nouveau à notre démocratie et réformer en profondeur le pays. Il a même prononcé le mot de « révolution » si je me réfère au titre de son livre qui a servi de base à son programme.

    Emmanuel Macron a une dernière chance : celle de se grandir en prenant vraiment en compte les problèmes essentiels des français QU’IL SE DEVRAIT DE CONNAÎTRE SANS ORGANISER DE GRAND DÉBAT. Mais la manière dont il est organisé, conçu et encadré ne me laisse que peu d’espoir quant aux chances de faire modifier significativement le cap du président.

    A l'entendre dans son dernier show dans la Drôme, je sens qu'il confirme avec une assurance renforcée que sa politique économique est bien la bonne.  Est-ce sa légère remontée dans les sondages qui en est la cause?

    Si son cap ne change qu’à la marge sans rien modifier de manière majeure, nous risquons de nous retrouver, notamment par la déception causée, face à une aggravation de la crise actuelle dont le président et son gouvernement porteront l’entière responsabilité.

    Qu’Emmanuel Macron se rappelle dans quelles conditions il a été élu et tout devrait être limpide dans sa tête.

    Il n’y a rien d’infamant à devoir tenir compte de ceux qui n’ont pas voté pour vous, bien au contraire et il est certain que s’il le faisait en modifiant son cap il pourrait croire à la possibilité de pouvoir terminer son quinquennat dans de bonnes conditions d’entente avec la majorité de la population. Mais n'est-il pas déjà trop tard?

    Se grandira –t-il en le faisant  avant que nous soyons plus encore dans une situation  de conflits aggravés et dans une crise qui sera bien plus majeure encore qu’elle ne l’est?

    S’il ne le fait pas, il ne sera plus crédible quoiqu’il entreprenne ensuite.

     

    A suivre... pour faire exploser la "nasse".

    GILETS JAUNES : LE COUP DE POKER DU PRÉSIDENT

    ( Henri Rousseau Le Navire dans la tempête Orangerie RF1960-27,

    Travail personnel, 2002-12-18 - CC BY-SA 3.0)

    « GRANDE CONSULTATION CITOYENNE: L'ESPRIT, LA LETTRE ET LES ACTES - 4 sur 4LE "GRAND DÉBAT" : MASCARADE ET OPÉRATION DE COMMUNICATION ? »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter