• LA REPUBLIQUE EN MARCHE A L'ASSEMBLEE: VAGUE JAUNE OU VIOLETTE?

    Tout dépend des graphistes qui ont essayé de représenter les sièges acquis par la "REM"dans la nouvelle assemblée nationale dans les médias. Pour le bleu c'était pris, le rouge aussi. 

    LA REPUBLIQUE EN MARCHE A L'ASSEMBLEE: VAGUE JAUNE OU VIOLETTE?

    (Image dessinée par Olivier LOUIS (utilisateur:leluis), CC BY-SA 2.5)

    Le jaune est une couleur qu'on ne peut donc pas produire à partir de pigments ou teintures d'autres couleurs comme le rouge ou le bleu. Elle ne peut donc convenir pour représenter ce qu'est la "REM", ce super mixage de droite et de "gauche". Pas sûr non plus que ce sera la couleur qui sera conservée même si elle symbolise la clarté car elle a aussi un sens péjoratif. Ainsi  le « syndicalisme jaune » (connu également sous les appellations de mouvement jaune, syndicats jaunes, les jaunes ou « droite prolétarienne ») est un mouvement syndicaliste français, connu également sous cette dénomination dans d'autres pays, tant francophones qu'anglophones (« yellow unions »). (source Wikipédia). Cette forme de syndicalisme refuse certains modes d'action comme la grève et l'affrontement avec le patronat. Pour les grévistes, les jaunes sont les non-grévistes. Ce qualificatif, en se généralisant, a pris un sens péjoratif, désignant les « traîtres »... Ma foi, dans la "REM" il y en a bien quelques uns de ces opportunistes qui ont trahi leurs électeurs et issu notamment du parti socialiste...mais pas que...

    Le violet est donc un choix plus logique puisqu'il désigne des couleurs situées sur le cercle chromatique entre les pourpres et les bleus...A droite et à gauche donc... la couleur de la mystification...Gageons que c'est cette couleur qui sera retenue pour représenter dans l'avenir la "REM" dans la nouvelle assemblée... LOL! 

    Mais revenons aux choses sérieuses...

      Les résultats : (source ministère de l’Intérieur) :

     

    Nombre

    % Inscrits

    % Votants

    Inscrits

    47 292 967

       

    Abstentions

    27 125 535

       57,36

     

    Votants

    20 167 432

       42,64

     

    Blancs

    1 397 496

         2,95

       6,93

    Nuls

    593 159

         1,25

       2,94

    Exprimés

    18 176 777

       38,43

    90,13

     

    Le socle de légitimité de l’élection à l’Assemblée nationale se rétrécit comme cela n’a jamais été vu sous la 5ème république avec une abstention record de 57,36% ce qui confirme les remarques que j’avais faite pour le premier tour de l’élection : c’était le signe que notre système démocratique était plus que malade voire moribond.

    LA REPUBLIQUE EN MARCHE A L'ASSEMBLEE: VAGUE JAUNE OU VIOLETTE?

    (auteurs Richard Ying et Tangui Morlier- Own work, CC BY-SA 3.0)

     

    La composition de la chambre :

    La République en Marche obtient donc 308 députés sur la base de 16,55 % des électeurs inscrits soit 7 826 432.

    C’est donc les représentants d’un sixième des électeurs qui feront la politique de la France pour les 5 prochaines années.

    Il n’est guère besoin d’aller plus loin pour montrer que cette assemblée n’aura pas de vraie légitimité pour appuyer la politique d’un président dont le programme n’ a recueilli au mieux au premier tour de l’élection présidentielle l’approbation que 18,19% des inscrits.

    Pour le reste

    Extrême gauche

    0

    Parti communiste français

    10

    La France insoumise

    17

    Parti socialiste

    29

    Parti radical de gauche

    3

    Divers gauche

    12

    Ecologiste

    1

    Divers

    3

    Régionaliste

    5

    La République en marche

    308

    Modem

    42

    Union des Démocrates et Indépendants

    18

    Les Républicains

    113

    Divers droite

    6

    Debout la France

    1

    Front National

    8

    Extrême droite

    1

    Comment s’étonner de la désaffection des français pour un système qui ne les représente pas ?

    LE JAUNE OU LE VIOLET

    Toutes ces couleurs ne sauraient cacher que les députés de la «  République En Marche » soutiendront et voteront les lois d’un programme Macron et notamment ses "six chantiers du "contrat avec la Nation'". (Le projet d’Emmanuel Macron au travers des candidats de son mouvement n’a été porté au premier tour des législatives que par 6 390 797 des électeurs inscrits soit 13,43% des 47 581 118 électeurs.)
    Les rescapés du système majoritaire à deux tours sont plus que minoritaires en nombre de représentants et ne pourront au mieux que faire entendre leurs voix s’ils ont un groupe mais ne sauront faire adopter une quelconque modification du programme Macron ni voter une motion pour censurer le gouvernement.

    Ils auront les éléments d’informations pour la population et pourront exprimer leur position par rapport aux lois présentées. Ce sera le seul moyen de faire réfléchir les citoyens et espérer qu’ils puissent agir pour faire pression si nécessaire sur le gouvernement et l ‘assemblée pour contester une mesure qui ne va pas dans le sens de la justice sociale.

    Le système représentatif des français à l’assemblée nationale est donc bien en faillite puisque les députés élus ne représenteront pas les français et que le projet que voudra mettre en place le président Macron est ultra minoritaire dans le pays.

    D’aucuns diront, les électeurs n’avaient qu’à pas s’abstenir et voter pour freiner la tendance.

    C’est vrai mais un peu simpliste comme affirmation car ce serait nier les nombreux facteurs qui font que cette abstention a progressé depuis 2002 pour atteindre des sommets aujourd’hui. Et pour beaucoup d'entre eux, les électeurs n'en sont pas responsables mais plutôt les victimes, celles des "tripatouillages" politiciens de nombre des dirigeants qui ont été au pouvoir...pour conserver celui-ci...

    Je l’ai amplement explicité dans mes trois articles précédents :

    http://quaiducitoyen.eklablog.fr/raz-de-maree-a-l-assemblee-la-democratie-en-marche-arriere-1-sur-3-a130471724   et suivants.

    Oui la démocratie est en marche arrière.

    LA REPUBLIQUE EN MARCHE A L'ASSEMBLEE: VAGUE JAUNE OU VIOLETTE?

    (auteur kaz, CC0 domaine public)

     

     

    LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE CONTINUE DE JOUER AU POKER.

    Le jeu a commencé. Le BLUFF était  à l’ordre du jour avec la carte du « Premier Ministre » mise sur la table. Les autres ont joué...

    Mais la démocratie n’est pas un jeu et pourrait réserver des surprises au Président MACRON s’il ne veut pas tenir compte de ceux qui n’adhèrent pas à son projet et ils sont nombreux.

    Des cartes semblent s'abattre pas forcément en la faveur du président: Ferrant, Sarnez et Goulard quittent le gouvernement pour cause "d'affaires". Je vis d'apprendre que le ministre de la Justice, François Bayrou, monsieur "Propre",  ne fera pas partie du prochain gouvernement pour les mêmes raisons. Pour un président qui veut incarner  le renouvellement des pratiques politiques, ça fait désordre que d'avoir choisi des ministres susceptibles d'être convoqués bientôt par les juges... Ça fait quand même beaucoup en si peu de temps... Du jamais vu. Mais maintenant qu'il a la majorité, sans le MODEM à l'assemblée nationale...le président peut tout se permettre... Il me selble qu'il utilise beaucoup de JOKER...J'y reviendrai.

    Le président Macron pourra t-il continuer de mystifier les français en faisant croire qu’il est de droite et de gauche et qu’avec lui les clivages sont terminés?

    Il est sûr qu’avec l’assemblée nationale, pour l’instant, il est tranquille.

    Quand on n’entend Mounir Mahjoudi, secrétaire d’Etat au numérique, dire que dans le même groupe parlementaire, en l’occurrence celui de la « République En Marche », on aura la majorité et l’opposition... il y a de quoi se poser de nombreuses questions quand à savoir jusqu’où va aller la mystification macroniste et si d’une certaine manière on ne nous prend pas pour des imbéciles.

    A quoi bon, d’ailleurs, mettre en place une réforme des élections législatives avec la proportionnelle ? Emmanuel Macron n’a-t-il pas dit :

    « Le cinquième chantier sera celui du renouveau démocratique. Le soupçon qui pèse aujourd’hui sur nombre de représentants, le manque d’efficacité et l’insuffisante responsabilité de nos dirigeants menacent notre démocratie. C’est pourquoi je veux moraliser et responsabiliser la vie publique, et renouveler la représentation nationale »

    Je ne pense pas pour l’instant que tout cela soit bien engagé. Nous y reviendrons bientôt à l’examen de cette fameuse loi que « Bayrou » prépare...et qu’il faudra examiner dans le détail.

    Les députés de « La République En Marche » voteront comme un seul homme pour adopter les lois des six chantiers pour « rénover notre modèle social ». Il n’y aura pas d’opposition, ils ont tous signés l’engagement de le faire:

    • Été 2017 : la réforme du Code du travail par ordonnances après consultation des partenaires sociaux
    • 1er janvier 2018 : suppression des cotisations salariales sur l'assurance maladie et l'assurance chômage et augmentation de 1,7% de la CSG donc baisse des pensions des retraités pour augmenter celles des salariés y compris les mieux rémunérés
    • Début 2018 : plan pour la formation professionnelle
    • Été 2018 : extension de l’assurance chômage avec l'ouverture de l’assurance chômage aux démissionnaires et aux indépendants sans que le fiancement soit pour l’instant prévu. Qui paiera ?
    • Entrée en vigueur progressive au cours des deux prochaines années : la refonte de l’apprentissage. A suivre...
    • Courant 2018 : réforme des retraites en vue d’une application dans le courant de l’année prochaine avec la mise en place un système universel de retraites, un régime unique qui remplacerait les 37 régimes actuels.

    Tout cela doit être donc mené tambour battant...

    LES FRANÇAIS VEULENT LE CHANGEMENT...

    Je commence en avoir « marre » d’entendre cette expression utilisée à tout propos et à tort et à travers par les politiques qui fantasment en croyant que ce qu’ils proposent ce sont les français qui le veulent. De même ces journalistes qui veulent faire croire qu’ils parlent au nom des français. De quel droit ? En réalité, ils transposent ce à quoi ils croient ou pensent en affirmant que c’est les français qui le pensent ou le veulent.
    Je dénie tout droit à un journaliste ou à un politique de penser à ma place.

    Même si on veut nous faire croire à partir d’aujourd’hui que « les français » ont voté le projet MACRON puisqu’il est président et qu’il a la majorité absolue à l’assemblée nationale, les dits français accepteront-ils de voir

    • pour les retraités leurs pensions baisser de 1,7%
    • pour les salariés diminuer leurs protections au travail même su on veut leur faire croire le contraire
    • augmenter les injustices fiscales et sociales, supprimer l’ISF et continuer de faire porter le fardeau de l’impôt sur le revenu par les classes moyennes
    • le système de retraite à points faire reculer l’âge du départ en retraite ou diminuer les pensions
    • ...

    et bien d’autres points sur lesquels je reviendrai dans le détail comme les inepties qui se préparent pour l’Ecole ?

    Ce ne sont pas « les français » qui veulent du projet Macron mais, au mieux, seulement un sixième des électeurs.
    Alors que les politiques et certains journalistes arrêtent de dire n’importe quoi pour berner l’opinion et faire prendre leurs désirs pour des réalités.

    Comme je l’ai déjà dit, lors de l’examen des programmes des candidats à la présidentielle (série d’article MACRON VS MELENCHON ) lors de l’analyse de son programme économique (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/campagne-presidentielle-8-macron-vs-melenchon-2-sur-5-a129950908), le «  projet économique d’Emmanuel Macron ne me semble ni moderniser l’économie ni révolutionner celle-ci. En définitive le projet d’Emmanuel MACRON n’est en rien une modernisation de l’économie mais plutôt une utilisation des vieilles recettes habituelles. L’ambition d’investissement est insuffisante. C’est aussi pour une grande part la continuité d’une politique de l’offre entamée par François Hollande qui est un échec. » « Il y a un manque de recherche de financement autre que des économies sur les services publics. » « Tout cela manque d’ambition et de réalisme (pérennisation du CICE qui est un échec) notamment quant à l’éventuelle baisse du chômage qui est loin d’être assurée et l’investissement public créateur d’emplois insuffisant. »

    J’y reviendrai dans le détail.

    Car si les jeux sont faits... il reste encore des batailles à mener.

     

    « RAZ DE MARÉE À L’ASSEMBLÉE: LA DÉMOCRATIE EN MARCHE ARRIÈRE - 3 sur 3LE NOUVEAU GOUVERNEMENT : TOUJOURS NI MOULE NI POISSON... »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter