• LA FRANCE : DÉMOCRATIE, RÉGIME AUTORITAIRE, DICTATURE ? - 3 sur 3

    Je terminai mon précédent article  par la question « Sommes-nous dans une démocratie ? »et  je donnai une réponse partielle : « Notre système « démocratique » ne fonctionne pas bien au vu des évènements actuels et la situation de conflit permanent dans lequel est le pays. » Ce qui amenait  à une autre question : « L’attitude de ceux qui dirigent le pays est-elle à même de faire vivre la démocratie que nous méritons si on voulait que soit respectée la devise de la République : «Liberté,  Égalité, Fraternité » .

    Rien n‘est moins sûr quand on observe les pratiques : Celles  des politiques ou politiciens mais aussi celles   des citoyennes et des citoyens qui les portent ou pas au pouvoir et qui se désintéressent ou pas de la politique.

    Et d’abord observons ce qu’a déclaré le président Emmanuel Macron sur la démocratie en France.

    LA FRANCE : DÉMOCRATIE, RÉGIME AUTORITAIRE, DICTATURE ? -  2 sur 3

    (Jef-Infojef Creative Commons paternité ‚  partage à l'identique 3.0 (non transposée).

    « NOUS SOMMES DANS UNE DÉMOCRATIE  »

    ..dit-il.

     Il donne à cette occasion sa définition de la démocratie :

    La démocratie est «un système politique où l’on choisit les représentants qui auront à voter librement les lois qui régissent la société». «Ça a beaucoup d’exigences : ça veut dire que la liberté du peuple et sa souveraineté sont reconnues. Mais ça a une contrepartie : c’est que, dans une démocratie, on a un devoir de respect à l’égard de ceux qui représentent et portent cette voix. Parce que, précisément, on a le pouvoir de les révoquer. On a l’interdiction de la haine. Parce qu’on a le pouvoir de les changer ».

    «La dictature, elle justifie la haine»

    «Et, aujourd’hui, s’est installé dans notre société, et de manière séditieuse par des discours politiques extraordinairement coupables, l’idée que nous ne serions plus dans une démocratie», Il accuse ainsi une partie de l'opposition de laisser entendre «qu’il y a une forme de dictature qui s’est installée».

     «Mais allez en dictature ! Une dictature c’est un régime où une personne ou un clan décide des lois. Une dictature c’est un régime où on ne change pas les dirigeants, jamais. Si la France c’est ça, essayez la dictature et vous verrez !»

    Avant tout chose je voudrai donc apporter des précisions aux définitions données par Emmanuel MACRON : celle pour la démocratie est à mon sens est un peu courte et incomplète.
    Quant à nous inviter à aller voir ailleurs… c’est pour le moins désobligeant et n’excuse pas les problèmes actuels du fonctionnement de notre « démocratie »…

    LA FRANCE : DÉMOCRATIE, RÉGIME AUTORITAIRE, DICTATURE ? -  3 sur 3

    (Image par OpenClipart-Vectors de Pixabay)

    SOMMES-NOUS DANS UNE DICTATURE ?

     Je ne pense pas que nous soyons dans une dictature et je n’ai pas lu ou vu non plus que l’opposition ait dit qu’en France on était en dictature. Le président va un peu loin dans ses insinuations envers l’opposition  et c’est le seul à prononcer le mot.  Ce n’est pas à mon sens le sujet.

    Je retiens une définition de dictature trouvée sur le site « La toupie » (http://www.toupie.org/Dictionnaire/Dictature.htm  )  mais on peut  se référer à d’autres dictionnaires :

    « Etymologie : du latin dictatura, magistrature exceptionnelle de la République romaine attribuant tous les pouvoirs à un seul homme pour un mandat strictement limité.

    La dictature est un régime politique arbitraire et coercitiif dans lequel tous les pouvoirs sont concentrés entre les mains d'un seul homme, le dictateur, ou d'un groupe d'hommes (ex : junte militaire). Le pouvoir n'étant ni partagé (pas de séparation des pouvoirs), ni contrôlé (absence d'élections libres, de constitution), les libertés individuelles n'étant pas garanties, la dictature s'oppose à la démocratie. Elle doit donc s'imposer et se maintenir par la force en s'appuyant sur l'armée, sur une milice, sur un parti, sur une caste, sur un groupe religieux ou social.(…) »

    En France, Je ne constate pas d’opposants politiques mis en prison.   

    Néanmoins si je regarde les faits, la France a un régime présidentiel fort qui domine en fait l’exécutif même s’il y a un premier ministre et des ministres. Pour ce qui concerne la séparation du pouvoir, on peut se poser la question  quant à la réelle indépendance de la Justice et les rôles effectifs que doit avoir le parlement tant au niveau du contrôle de l'exécutif que de réel contre pouvoir dans un régime démocratique. Pour lors, j'estime que cela n'est pas satisfaisant mais ce n'est pas nouveau.  J’y reviendrai donc.  

    On peut aussi se poser des questions, dans l'actuel quinquennat, sur la brutalité  avec laquelle certaines manifestations ont pu se dérouler avec nombre de blessures infligés par les réactions des forces de l’ordre que ce soit durant l’année des Gilets Jaunes ou depuis décembre 2019. (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/gilets-jaunes-va-t-on-dans-le-mur-a154226274 et http://quaiducitoyen.eklablog.fr/humeurs-de-mars-2019-3-les-manifestations-des-20-samedis-a161702308 ).

    Mais pour autant cela ne fait pas de la France une dictature.

    SOMMES-NOUS DANS UNE DÉMOCRATIE ? 

    A l’évidence il existe nombre de systèmes dits « démocratiques» dans le monde.   Par curiosité, j’ai consulté le consortium de médias mené par « The Economist » qui a publié un classement 2019 et 2020 des pays par indice de démocratie mesurant « la propension d’un pays à être effectivement une démocratie dans l’ensemble de ses composantes ».

    Cet indice de démocratie, sur 10, permet, selon leurs critères, de distinguer 4 groupes de pays :

    • les démocraties pleines, qui ont un indice supérieur à 8 ;
    • les démocraties imparfaites, qui ont un indice compris entre 6 et 8 ;
    • les régimes hybrides, qui ont un indice compris entre 4 et 6 ;
    • les régimes autoritaires, qui ont un indice inférieur à 4.

    Selon  ce classement, la France est à la 29ème place et a un statut de démocratie imparfaite. Selon l’analyse serait en cause notamment une culture politique très faible de ses citoyens avec une note de 5,63 sur 10, au même niveau que la Biélorussie, le Mali, le Nicaragua et le Qatar… et derrière la Chine

    On peut bien sûr trouver des nuances aux critères de l’étude, rien n’étant parfait. Mais ça donne une idée de la position de la France dans le cercle des démocraties du monde.  

    Plus intéressant est de  considérer les périodes de la même étude montrant  qu’entre 2008 et 2010  « 11 pays ont connu une régression, notamment la France et l'Italie, passés de démocratie à démocratie incomplète, provoqué selon eux,  dans le cas de la France par «  l'hyperprésidentialisme du mandat de Nicolas Sarkozy et concernant l'Italie par la détérioration des médias depuis le retour de Silvio Berlusconi au poste de Premier ministre en 2008. » Tout cela est vrai même si, à mon sens,  un peu court au  niveau de l'analyse.

    La France est passée de la 20èmeplace à partir de  2014 pour se retrouver à la 29 ème place en 2019/2020.

    Mais je crois plutôt que, mêmes si ces causes peuvent être réelles,  ce sont d’autres facteurs qui entrent aussi en compte pour ce déclassement que j'approuve et notamment l’application du mandat à 5 ans initié par Chirac et l’élection de l’assemblée nationale dans la foulée de l’élection présidentielle. Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron, chacun à leur manière ont utilisé et utilisent la constitution pour exercer un pouvoir de type très présidentiel. J’y reviens.

    Même s’il faut prendre tout cela avec des nuances, je pense que le terme « démocratie imparfaite » est tout à fait justifié car il n’est pas douteux que nous avons dérivé et que des progrès sont  à faire pour ne pas tomber vers un régime qui pourrait devenir plus autoritaire si on n'y prend garde alors qu'il faut tout à l'inverse construire le nécessaire pour arriver à être une démocratie « pleine »…

    Chacun jugera en allant sur le site suivant qui donne un aperçu de l’étude : https://major-prepa.com/geopolitique/classement-pays-indice-de-democratie-2020/  

     RAZ DE MAREE  A L’ASSEMBLEE: LA DEMOCRATIE EN MARCHE ARRIERE - 1 sur 2

    (A partir image OpenClipart-Vectors , CC0 domaine public)

     Je voudrai ici apporter des précisions à la définition donnée par Emmanuel MACRON   : «un système politique où l’on choisit les représentants qui auront à voter librement les lois qui régissent la société». «Ça a beaucoup d’exigences : ça veut dire que la liberté du peuple et sa souveraineté sont reconnues. Mais ça a une contrepartie : c’est que, dans une démocratie, on a un devoir de respect à l’égard de ceux qui représentent et portent cette voix. Parce que, précisément, on a le pouvoir de les révoquer. On a l’interdiction de la haine. Parce qu’on a le pouvoir de les changer ».   

    Cela me parait plutôt court, inexact et peu précis .

    Ce que devrait permettre à mon sens la démocratie dans un pays  c’est qu’effectivement il y ait des « représentants qui auront à voter librement les lois qui régissent la société» mais il faut  à mon sens ajouter   « à condition que ces représentants le soient en nombre de manière équilibrée  de  toutes les sensibilités de la population » ce qui n’est pas le cas  au vu du système électif du parlement français . Je vais y revenir.   

    Pour le respect je suis d’accord mais encore fait-il que l’on respecte aussi les électeurs et ceux qui expriment leur différence, qu’on les écoute ce qui ne semble pas être le cas actuellement avec le passage en force d’une loi mal préparée, mal expliquée ….et de fait fortement contestée avec l' examen actuel devant l’assemblée nationale. Ce n'est qu'un exemple de ce non respect. On pourrait y ajouter la non écoute des personnels de santé, de ceux de l'éducation nationale, de la justice... et d'autres encore. Nous avons à l'évidence des ministres qui pourraient avec profit utiliser les nouveaux "sonotones" (qu'on trouvera bientôt à prix réduit) avant que de prendre leurs décisions soi-disant réformatrices.

    Mais comme je le disais dans l’article précédent tout cela « n’est pas nouveau mais ça me semble empirer.  On arrive à mon sens au bout de la course d’un système qui, à force d’utilisations politiciennes,  ne peut plus correspondre à ce quoi aspirent les citoyens   d’aujourd’hui. Leurs paroles ne sont pas écoutées. Ils ne sont pas véritablement représentés. Ils l’ont compris. Ils le savent. Ils réagissent… »

    LEGISLATIVES, UN RAZ DE MAREE  POUR LA "REM" ?

    ( Palais Bourbon, La façade septentrionale (2009). auteur kimdokhac — Flick, CC BY 2.0)

    Alors quand nous sommes dans ces situations qu’on peut qualifier de désordres dans le fonctionnement de notre pays et qui mènent  à un dysfonctionnement chaotique de notre assemblée nationale et aux contestations continues des citoyens, c’est qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas dans le système qualifié de démocratique par le président.  La situation apparait depuis des mois comme  inextricable et le pouvoir semble vouloir  imposer une loi qui concerne tous les français  pourtant qualifiée de lacunaire par le conseil d’état, incompréhensible pour ce qui est de calculer le montant de la future retraite , sans indication de son financement et j’en passe…  Il a le droit de le faire et en a tous les moyens légaux y compris celui d’utiliser le 49/3 qui coupe court à tout vote et à tout débat ce qu’on ne peut vraiment pas qualifier de méthode très démocratique.

    Le président  dit qu’on peut « révoquer les représentants » ce qui n’est pas   exact pour le cours de mandat. « Révoquer » veut dire « destituer », « relever de ses fonctions celui ou celle qui les exerce ».  Que je sache, cela ne peut, comme le fait entendre Emmanuel Macron, s’appliquer aux députés ni d’ailleurs à lui-même. Il dit aussi qu’on a le pouvoir de les changer. Sans doute pour le président de la république qu’on peut ne pas choisir à l’élection suivante  mais qu’en est-il vraiment des députés avec le système électif actuel ? Le choix devient de plus en plus une illusion...

    C’est donc sur ces points qu’il faut revenir et réfléchir si on veut améliorer notre démocratie.

    Je crois profondément que jusqu’ici ceux qui se sont succédé au pouvoir n’ont guère fait d’effort pour tendre vers une démocratie plus parfaite.   Je dirai même que d’aucuns ont fait le nécessaire pour que notre démocratie s’appauvrisse. J’y reviendrai donc aussi.

    Je commencerai donc par définir avec plus de précisions ce que devrait être, selon moi,  une « démocratie » et les outils de son fonctionnement.

    Ce que je fais en introduction de l'article suivant tout en dénonçant, faits à l’appui, les dérives qui ont nuit à ce que notre démocratie progresse.

    LA FRANCE : DÉMOCRATIE, RÉGIME AUTORITAIRE, DICTATURE ?

      

    « LA FRANCE : DÉMOCRATIE, RÉGIME AUTORITAIRE, DICTATURE ? - 2 sur 3LE 49/3 : UN DES VIRUS DE LA MACRONITE AIGÜE - 1 sur 3 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :