• HUMEURS...EDUCATIVES de JUIN 2014

    HUMEURS...EDUCATIVES de JUIN 2014Les humeurs sont toujours éducatives. Elles permettent de faire le point sur  mes "coups de sang" ou ce qui dans l’actualité m' interpelle. Notamment les rumeurs...

    Cette semaine, j’en ai déjà parlé et je n’y reviens que pour mémoire, c’était l’annonce d’une conférence nationale sur l’évaluation.

     

    VA-T-ON PROGRESSER ?
    C’est la seule chose qui m’intéresse. 

    « Etes vous pour ou contre les notes ? » ou  « Faut-il  continuer à noter les élèves"’ est, en substance, la teneur de nombre de sondages lancés par certains médias. Et on est invité à répondre « Oui ou non » assorti parfois d’une possibilité de donner un avis circonstancié. Cela va donner des pourcentages qui sont censés représenter une tendance...  Sans doute qu’un tel sujet présenté de manière aussi simpliste est porteur d’audience. Mais cela va-t-il concourir à faire progresser une évaluation qui soit utile pour nos enfants et nos jeunes ?

    En tout cas je pense que, comme pour les rythmes dits scolaires, on ne peut  se contenter de questionner ou sonder le public sur un choix  comme on l’a fait entre le samedi ou le mercredi travaillé sans que l’on assortisse suffisamment le sujet d’une véritable information sur par exemple le sommeil, les incidences de la rupture de régularité du rythme veille-sommeil  pour les enfants...sur ce  qu’est vraiment un rythme biologique.

    A mon sens, si information véritable n’est pas faite sur le sujet de l’évaluation, cela va polariser l’opinion sur le thème de la « note » ce qui n’entraine pas une vraie réflexion. Le ministre a-t-il dit d’ailleurs qu’on allait supprimer les notes ? Je ne l’ai pas entendu ou lu mais je peux me tromper.

    Le véritable débat n’est pas celui de savoir si on supprime ou non les notes ou si on la remplace par une lettre, un soleil ou un nuage... C’est ridicule.  Il serait utile de  faire intervenir les études en docimologie pour s'éclaircir les idéesLa note fait partie du débat mais pas sous cette forme simpliste qu’on popularise dans les médias. Elle fait partie d’un tout qui est l’évaluation qui a bien besoin d’être examinée  n’en déplaise à ceux qui estiment que tout va bien et qu’il faut continuer ainsi sans remettre en cause les quelques aberrations passées et actuelles du système en place. La docimologie est une science qui étudie la qualité et la validité des différents systèmes de notation scolaire et de contrôle des connaissances. Il serait opportun de  s’en servir pour enrichir le débat sur l’évaluation qui mérite d’être mené. Il faut faire le point, analyser et mettre en place effectivement les directions et moyens nécessaires pour que l’évaluation soit utile et positive pour l’avenir des élèves, ceci sans tabous.

    Maintenant, le tout est de savoir si notre ministre ira jusqu’au bout sans faiblir...par rapport aux sondages.

    HUMEURS...EDUCATIVES de JUIN 2014

    (En classe, auteur P.L. Martin des Amoignes 1886, domaine public)

    RYTHMES : Claire LECONTE,  interpelle de nouveau Benoît HAMON  

    Claire LECONTE  est chrono biologiste et professeure de psychologie à Lille III.

    Elle a essayé de faire valoir auprès de Vincent PEILLON et de Benoît HAMON des avis que j’estime souvent pertinent sur les rythmes de l’enfant pour aider à construire la réforme des rythmes.  Ceci en toute simplicité, je peux le dire car j’ai eu l’occasion de  la rencontrer plusieurs fois dans le cadre de mes activités militantes (dans un lycée du Dunkerquois ou à  Lille lors de rencontres avec des parents  de la FCPE). Praticienne de terrain, elle a sillonné sans compter  la France pour rencontrer sur le terrain les acteurs de l’école apporter son avis et des informations utiles à la compréhension des rythmes, le sommeil...  Elle a concouru à aider à la mise en place de nombre de projets qui prennent en compte justement les rythmes les enfants pour leurs apprentissages à l’école. Elle a donc son mot à dire.

    Le débat ne peut- il pas avoir lieu ? C’est l’impression que j’en ai à la lecture du billet de Claire LECONTE intitulé  « Quand on veut tuer son chien, on l'accuse de la rage ! »

    et que l’on trouve sur  son blog : http://blogs.mediapart.fr/blog/claire-leconte/260614/quand-veut-tuer-son-chien-laccuse-de-la-rage

    HUMEURS...EDUCATIVES de JUIN 2014J’y retrouve quelques unes des interrogations que j’ai quant « aux non réponses » et décisions des ministres  PEILLON et HAMON  et que j’avais exprimées  par exemple à propos du SAMEDI  dérogatoire. Il semble que répondre occasionne une certaine gêne de la part des ministres concernés. Pourquoi ? 

    Claire LECONTE apporte quelques éclaircissements.  J’espère que le ministre de l‘éducation nationale  aura le réflexe utile d’apporter des réponses et de dissiper le malaise qu'elle n’est pas la seule à ressentir.

    (Voir mes propos sur http://quaiducitoyen.eklablog.fr/non-monsieur-hamon-le-debat-sur-les-rythmes-n-est-pas-clos-a108295922   ou  http://quaiducitoyen.eklablog.fr/rythmes-scolaires-la-non-reforme-continue-a107547044)

    Pourquoi refuse-t-on le vrai débat informatif ?

     

    JE RAPPELLE MON PETIT CAILLOU DANS LA MARE ou l’OCEAN DE LA REFLEXION 

    Pourquoi l‘école privée n’est-elle pas tenue de mettre en œuvre la « réforme »des rythmes ? Pourtant, la plupart de ces écoles sont sous contrat d’association avec l’Etat.

    Le gouvernement de gauche accentue la concurrence entre l’école publique et l’école privée qui s’organise comme elle veut sans doute au nom du « saint libéralisme » qui semble être la nouvelle doctrine du parti socialiste.

    J’attends, comme beaucoup d’autres, une réponse sur un sujet qui semble gêner le gouvernement et qu'il n’aborde pas ...  Laisse-t-on volontairement la situation en l’état pour permettre à l’école privée de recruter des élèves dont les parents seraient mécontents de l’école publique et de la mise en place des rythmes dits "scolaires » ?  Le doute est permis.

    Va savoir... Qu’il y- a t-il derrière tout cela ? J’en ai une petite idée que je vais approfondir.

    J’y reviendrai donc si aucune réponse n’était donnée.

    HUMEURS...EDUCATIVES de JUIN 2014

          (Sentier de la mare, auteur Michal.sfinks, domaine public)

    BENOIT HAMON  VA-T- IL ABANDONNER LES ABCD DE L’EGALITE ?

    Rappelons qu’il s’agit d’un programme expérimenté dans une dizaine d'académies et notamment 275  écoles primaires pour lutter contre les stéréotypes de genre. L’objectif louable est de sensibiliser les filles et les garçons à leur égalité de droit indépendamment de leur sexe.

    La prise de conscience doit commencer à l’école. C’est un moyen important de la lutte pour l’égalité des droits des hommes et des femmes dont on ne peut dire qu’elle est au top niveau dans notre pays même si c’est en  progrès. Il n’est qu’à considérer cette inégalité au niveau des salaires dans les entreprises, les possibilités  pour les femmes d’avoir les mêmes responsabilités que les hommes etc...

    Il faut se rappeler  que suite à l'appel "jour de retrait de l'école" des centaines d'enfants à travers la France ne sont pas allés en classe un vendredi ou lundi.  En parlant de ce nouvel HARO sur l ‘école publique, je disais que la vase de la connerie débordait.

    Les réseaux sociaux ont permis de diffuser rapidement un lot d’affirmations ridicules que certains parents n’ont pas pris la peine de vérifier auprès de ceux qui accueillent chaque jour leurs enfants à l’école et les premiers mis en cause par ces ragots : les enseignants.  Ce sont des propos et des attitudes insultants. Certains parents ont  pris pour argent comptant des allégations venues par mails, SMS ou sur les réseaux sociaux comme tous ces « hoax » grotesques mais qui font illusion qu’on rencontre quotidiennement sur le net et dont il faut se méfier. 

    Quelques centaines d’enfants qui ne sont pas allés à l’école sur plusieurs millions c’est déjà beaucoup trop mais ramenons quand même les choses à leur juste proportion : une centaine d’écoles sur 48 000 ont été perturbées.

    Des rumeurs non confirmées sont en cours sur l’abandon de l’expérimentation qui se devait d’être généralisée ensuite après un bilan et des mises au point. 

    Il faut espérer que le gouvernement et le ministre de l’Education nationale sauront garder le bon cap et la fermeté nécessaire face à ces groupuscules aux théories d’un autre âge et ne céderont pas à l’abandon devant les inepties proférées. Il faudrait d'urgence un démenti clair ce qui pour le moment n'apparait guère de la part du gouvernement.

    La fermeté est nécessaire mais, comme je le disais alors,  c’est aussi le dialogue qu’il faut renforcer avec les parents, sur le terrain, qui est indispensable pour faire front aux inepties énoncées.

     

    HUMEURS...EDUCATIVES de JUIN 2014

    (Une femme à l'usine pendant la Seconde guerre mondiale , occupant ainsi un rôle traditionnellement vu comme masculin. Auteur:Howard R. Hollem, domaine public)

    OÙ EN EST LA REFONTE URGENTE DES PROGRAMMES ?

    La mission du Conseil supérieur des programmes a l’air de prendre encore du retard. Le 9 juin 2014 son président Alain Boissinot démissionnait. Mis en place trop tardivement en octobre 2013, il n’a toujours rien à l’horizon comme résultat.  Comment peut-on parler de rythmes, d’horaires, de contenus sans que ce travail fondamental soit achevé pour, par exemple, déterminer le nombre d’heures qu’il faut dans l’année pour permettre à nos professeurs d’enseigner à leurs élèves les contenus utiles ?  Parler par exemple de repos annuels, de vacances ne sert à rien tant que les programmes ne sont pas clairement fixés et cohérents entres les diverses sections, classes et degrés d’enseignements de notre Ecole  de la maternelle à la terminale.

    (Voir mes propos sur http://quaiducitoyen.eklablog.fr/decret-sur-les-rythmes-ce-qu-on-pourrait-faire-a107713)

     

    HUMEURS...EDUCATIVES de JUIN 2014

           (cadran solaire, auteur Greudin, domaine public)

    Beaucoup de sujets donc pour lesquels les réponses se font trop attendre.

    Que monsieur le ministre de l’Education nationale soit rassuré : ce ne sont pas les vacances qui les feront oublier.

    Je saurai pour ma part y revenir.

    Patrick PATTE

     

     

     

    « LA CONFERENCE SUR L’EVALUATION DE BENOIT HAMON HUMEURS POLITIQUES DE LA DERNIERE SEMAINE DE JUIN 2014 -1- »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter