• GESTES BARRIERES ET MASQUE : POUR UNE VRAIE CAMPAGNE DE COMMUNICATION -3 sur 3

    Oui, il y a des manques dans la communication. Je  terminai mon dernier billet sur le conflit que je trouvai insupportable entre l’état et les élus marseillais.

    Tout cela relève d’un manque de communication républicaine ou démocratique  mais aussi d’une attitude de certains élus qui n’est pas admissible. Ils ont certes le droit de critiquer les mesures et d’argumenter pour prouver pourquoi, selon eux, elles ne sont pas adaptées.  Les exagérations sont à l’ordre du jour : Marseille serait prise comme cible par le gouvernement. Ce n’est pas un argument recevable car je n’y vois pas l’intérêt du gouvernement.  Sur cette pseudo affaire d’état, je reviens dans un prochain billet...

    GESTES BARRIERES ET MASQUE : POUR UNE VRAIE CAMPAGNE DE COMMUNICATION -3 sur 3

    Carte postale humoristique : la sardine sortie du port par le pont transbordeur. Domaine public

    LES MANQUES DANS L'INFORMATION

    Il ne suffit pas de "communiquer" à l'issue d'un conseil de défense  ou d'un point de situation. Encore faut-il y mettre des informations qui puissent au delà d'une certaine forme d'avertissement sur nos comportements ou des chiffres ou cartes propres à nous alarmer, nous donner la réalité concrète de nos capacités à faire face, les manques réels, ce qu'il faut parfaire aussi au niveau de l'état. Dans les diverses allocutions il a des manques ou des insuffisances sur le plan informatif. En voici une liste non exhaustive...

    • Un vrai plan de communication dont le contenu est aisé à définir car il doit faire appel au bon sens de chacun et aux informations scientifiques indiscutables. 
    • La transparence donc sur nos véritables moyens pour justement faire que le « point régulier » de la situation par le ministre de la santé soit concret et qui sans cela sera anxiogène. Il ne faut pas faire peur. il faut savoir ce qui permet de prendre les précautions nécessaires.
    • Il ne suffit pas de demander, comme l’a fait le premier ministre, « la plus grande prudence », notamment aux personnes âgées. Pourquoi seulement elles d'ailleurs ? Tout le monde doit être appelé à être prudent.Si on veut véritablement protéger les personnes à « risques », il faut aussi en prendre les moyens. Quels sont -ils? Or, ceux-ci ont reculé et par exemple  les personnes vivant avec une personne de plus de 65 ans ou à risque ne bénéficient plus de la possibilité de télé travailler que ce soit dans le privé ou le public. Étrange,non ?  Ici aussi, la prévention régresse … Pourquoi ne pas instituer, par exemple, officiellement dans toutes les grandes surfaces (alimentaire, bricolage, jardinage...) l’obligation d’un créneau permettant aux personnes fragiles de faire leurs courses sans qu’il y ait trop de monde ? Libre à celles-ci de les utiliser ou pas. Les personnes fragiles ne doivent pas être confinés mais continuer de vivre avec les précautions nécessaires.
    • L’école est le parent pauvre des précautions prises pour éviter les clusters : Où sont les personnels pour dédoubler les classes ? Où sont les mobiliers individuels ? Où sont les masques chirurgicaux ? Où sont les masques transparents qu’on vient juste de commander alors qu’on avait tout le temps des vacances pour le faire ? Rien en effet sur l’école dans les annonces du premier ministre mais depuis le ministre de l’éducation, Jean-Michel  Blanquer, simplifie encore le protocole sanitaire dans les écoles en contradiction même avec les préconisations des gestes barrières. Je vais y revenir car il me semble qu’il est fait là un pari à partir d’informations scientifiques contradictoires sans donc prendre le principe de précaution nécessaire… 
    • De même les EHPAD : Où sont les personnels supplémentaires indispensables pour une prise en charge humaine des anciens ? Pourquoi ne teste-t-on pas tous les personnels et les résidents pour éviter la contamination qui reprend ? J’ai connaissance d’un EHPAD dans lequel 29 personnes sont positives : 21 résidents et 8 membres du personnel ce qui est complètement anormal et montre à l’évidence que toutes les précautions nécessaires n’ont pas été prises. La seule solution qui s’annonce c’est une nouvelle fois la suppression des visites et le confinement… Est-ce admissible ? De quoi se poser des questions sur la gestion sanitaire de certains EHPAD. Le virus n’arrivent pas comme cela de manière spontanée…
    • La fermeture des bars à 22h… dans certaines communes, mesure   que beaucoup ne comprennent pas   et qui  apparait comme arbitraire et surtout assénée avec brutalité vu le peu de délais pour laisser les commerçants se préparer. C’est un défaut de communication. Fermer complètement les bars et les restaurants dans les zones écarlates montrent cette faiblesse de notre capacité à faire respecter les règles par les contrôles ad hoc.  Il est sûr que les fermer  c’est plus facile et si c’est le cas il faut  dire clairement que c'est parce que nous n'avons pas suffisamment de moyens de contrôler ceux qui ne respectent pas les règles. Ça peut se comprendre.

    On peut néanmoins saluer les efforts financiers qui seront faits pour soutenir les fermetures  des bars et restaurants dans les « zones critiques » vis-à-vis des employés ou de l’entreprise qui va au-delà de ce qui est fait  pour d’autres commerces: chômage partiel, non paiement des charges, fond de solidarité amélioré…

     

    HUMEURS DE DÉBUT NOVEMBRE 2015 POUR UN VRAIE  CAMPAGNE DE COMMUNICATION

    Une campagne massive de communication  doit donc être faite par l’état non pas seulement pour donner des chiffres de progression du virus qui de toute façon est présent plus ou moins partout, mais surtout pour bien informer sur ce qu'il faut faire et pas faire en fonction de la situation matérielle dans laquelle on se trouve.. Simple diront certains mais cela doit être fait. Tout le monde ne sait pas.

    • Il ne faut pas se contenter de slogans ou d’affiches ou de débats télévisuels où tout se mélange dans une débauche d’avis parfois contradictoires. Il faut faire de la pédagogie et entrer dans les détails comme on ne l’a pas fait ou bien tardivement quand il s’agissait de respecter les gestes barrières notamment quand on faisait les courses mais surtout quand on avait fini ses courses et qu’il fallait les ranger chez soi.
    • Comment le virus se propage: nous avons des données scientifiques sûres qui permettent de le savoir et donc de justifier certaines précautions individuelles et mesures collectives : la propagation est variable selon des conditions qui sont connues : gouttelettes, aérosol, masque ou pas masque, lieux clos ou ouverts, aération, en famille,… Il serait donc  temps pour le gouvernement de faire montre de simplicité et de cohérence dans ses directives et obligations comme le port du masque si on veut éviter les incompréhensions et laisser la partie belle aux militants inconséquents et bravaches du non port du masque et des gestes barrières qui n’ont aucune excuse valable pour  justifier leurs attitudes. Le problème n'est pas de mettre un masque mais de savoir pourquoi on doit le mettre ou pas.

    Une bonne mesure a été décidée: le port obligatoire du masque dans les entreprises. Ce n'est pas un hasard car enfin il est pris  en compte la propagation du virus par aérosol. Les entreprises ne doivent pas être  les seules concernées.Il faut aller plus loin  sur les explications quant à ce type de propagation qui remet en cause les consignes sanitaires dans les lieux clos ce qui n'est pas suffisamment fait tant au niveau de l'information que de la prise de conscience de certains responsables: les écoles, les cantines, les universités, les EHPAD,  tous les lieux clos y compris les bars et les restaurants où peu de monde en est conscient mais aussi en réunion de famille où on ne fait pas attention « parce qu’on se connait »… En réalité on ne connait rien de soi ou même de l’autre quand on est asymptomatique…mais néanmoins contagieux pour les personnes à risque. il suffit d'écouter ce que disent, lors des micros trottoirs,  les patrons de bars, de restaurants qui croient que leurs établissements sont sûrs ou le citoyen lambda pour se rendre compte que la prise de conscience de ce type de propagation n'est pas bien connue...

    On peut lire un très intéressant article du journal des médecins qui fait clairement le point sur le sujet de la transmission du virus en avril 2020... et dont on n'entend que la confirmation en France que depuis fin août avec la mise en place du port du masque obligatoire dans les entreprises. Quatre mois de retard au moins pour faire la lumière sur la propagation du virus. Onpeut se ttre à douter de la compétence de ce fameux conseil scientifique censé éclairer le gouvernement dans ses actions: https://www.lejournaldumedecin.com/actualite/transmission-de-covid-19-par-aerosol-les-implications-pour-la-sante-publique/article-opinion-47087.html?cookie_check=1601476824

    • On est au centre d'une surinformation notamment télévisuelle non contrôlée souvent alimentée par certains médias et en définitive on ne sait plus où le « chien est amarré » comme on dit à Dunkerque. Bref tout cela donne une impression de grande confusion.  Pour pallier à cela, il faut officiellement  donner des consignes simples  et des conseils clairs et pas contradictoires basés sur des données scientifiques claires et irréfutables pour permettre à chacune et chacun en pleine responsabilité et selon le bon sens de ne pas sombrer dans la psychose ou le « je m’en foutisme ».
    • Exposer enfin clairement la ligne politique de l’action gouvernementale pour les semaines à venir en expliquant les divers scénarios prévus mais surtout prendre des dispositions pour des actions qui permettent de freiner la contagion au lieu de donner l'impression d’improviser - ce qui est peut-être parfois le cas- au gré des circonstances ou de décréter des mesures auxquelles il aurait fallu penser avant comme par exemple pour l'école à la dernière rentrée qui n' a pas été préparée ou le dépistage et le suivi de la contamination… Le ratage du testage pour tous qui est devenu le testage « open bar » en est un exemple dont les incidences se font ressentir dans la propagation du virus qui n'est pas contrôlée comme elle le devrait et qui a pourtant été annoncé. Une faute d'anticipation.. Et l'argent et le temps sont gaspillés en pure perte...

      GESTES BARRIERES ET MASQUE : POUR UNE VRAIE CAMPAGNE DE COMMUNICATION -3 sur 3

    • Image par aykapog de Pixabay

    • Faire la clarté sur nombre de questions que se posent chacune et chacun pour que le système de santé puisse faire face au cas où …comme l’état des stocks de masques de médicaments,…et nombre d’autres points qui sont laissés dans l’ombre alors que les citoyens ont droit à une vraie transparence de la situation qu’il ne suffit pas d’affirmer qu’on est prêt comme le fait le ministre de la santé mais de concrétiser par des faits, et des états concrets que cela est vrai. Le point qui doit être fait est celui qui doit faire apparaître l’état de nos stocks pour faire face à l’épidémie : stocks de protection des soignants et pour tous ceux en contacts avec le public, stocks de médicaments, de réactifs, protection des personnes à risque… Un point qui montre , preuves à l’appui, les domaines où nous sommes prêts et aussi ceux où on doit avancer et pallier aux carences. Cela peut seul redonner un peu de confiance à l’action gouvernementale. Claironner en disant que nous sommes les meilleurs en nombre de tests alors que c’est la pagaille et que de fait le testage ne joue donc pas son rôle dans la lutte contre la contamination ou prendre uniquement des mesures de limitation de la vie sociale alors que l’on est incapable, faute de moyens humains opérationnels de faire respecter les mesures qui existent déjà ne font pas une politique pour enrayer l’épidémie. Affirmer que nous sommes prêts dans les hôpitaux alors que si ça continue comme cela nous serons dépassés car en réalité il n’y a pas eu de création de lits supplémentaires et c’est cela qu’il faut dire et pas de personnels en plus, que la grippe va arriver sans compter les « opérations ordinaires » qu’on ne peut plus remettre… il est vrai que pour le personnel il faut pouvoir recruter avec un salaire attractif ce qui n'est pas le cas actuellement alors qu'un potentiel de soignants formés existe. et pusi faudrait peut-être commencer à former pour l'avenir: infirmières, médecins, aides-soignants...car ça demande du temps. un lit de réanimation sans le personnel n'est pas opérationnel.Il faut arrêter d'avoir un système de santé au rabais...
    • La communication doit aussi permettre d’arrêter les flous existants quant à l’utilité du masque pour la protection de chacune et chacun. Il faut rappeler de quelle manière le masque protège selon qu’il est public ou chirurgical ou autre. Là aussi une information de choc est à faire pour contredire par exemple certaines pratiques comme celle du « congélateur » qui tue le virus ou la plongée dans l’eau bouillante savonneuse et autres procédés ridicules répandus malheureusement sur les réseaux sociaux.

    La nécessité d’un vrai plan de communication massif qui remet tout sur la table de manière simple s’impose donc : sur le masque, son port avec les explications du pourquoi des mesures nécessaires mais aussi sur l’importance des gestes barrières que ne doit pas faire oublier le port du masque.  

    Il faut insister sur la contamination dans les lieux privés clos où le masque ne se met pas et où sévissent les aérosols. C’est là que la contamination se fait entre générations notamment. On commence à peine à en parler… ce qui est là aussi encore regrettable. Cela me parait être pourtant de première importance : Tant que ça n’a pas été intégré par chacun le virus continuera de se propager et de faire pour les personnes fragiles des candidats pour la réanimation.

    GESTES BARRIERES ET MASQUE : POUR UNE VRAIE CAMPAGNE DE COMMUNICATION -3 sur 3

    Image par Parentingupstream de Pixabay

    POUR ESSAYER DE CONCLURE...

    Et passer à d'autres choses... Que dire de plus? 

    A peine le ministre de la santé a-t-il donc  annoncé les mesures qui toucheront les zones où la situation est préoccupante et notamment la fermeture des bars et restaurants pour quinze jours que les élus locaux notamment de Marseille lancent la polémique  en appelant notamment  à ne pas se plier aux fermetures.  Cette situation est inadmissible et ne devrait pas être dans une période où justement il faut de la cohérence et de la solidarité. 

    Je suis donc obligé d'y revenir car c'est lamentable.

    « GESTES BARRIERES ET MASQUE : POUR UNE VRAIE CAMPAGNE DE COMMUNICATION -2 sur 3COVID 19: DONNER LES MOYENS DE NE PAS AVOIR PEUR ET D’AFFRONTER »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :