• GAUCHE: JE NE VEUX PAS VOTER POUR CONNAITRE CELUI QUI PERDRA LE MIEUX...

    Le candidat EELV Yannick JADOT a réitéré sa volonté d'aboutir à un projet commun avec Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon d'ici la fin du mois. Ayant entendu sa réponse à un journaliste à la télé, il dit vouloir un programme commun sur la base duquel il pourrait y avoir une candidature unique de la gauche pour la présidentielle et qui servirait de base pour désigner ensuite les candidats communs aux législatives.

    La démarche me semble la bonne.
    HAMON a déjà rencontré JADOT et MELENCHON semble vouloir que la rencontre à trois se fasse.

    Ce dernier a envoyé ce 17 février 2017 un courrier à Benoit Hamon dans lequel il indique qu’il est prêt à s’associer à la démarche commune et pose ses conditions.

    On trouvera ci-après le lien vers le texte de cette lettre ouverte : https://blogs.mediapart.fr/cyril-molesini/blog/170217/lettre-ouverte-de-jean-luc-melenchon-benoit-hamon-le-17-fevrier

    Rien n’est donc impossible mais rien ne semble non plus simple et il faudrait accélérer la cadence pour que cela se fasse rapidement.

    GAUCHE: JE NE VEUX PAS VOTER POUR CONNAITRE CELUI QUI PERDRA LE MIEUX...

    (auteur OpenClipart-Vectors, CC0 domaine public)

    J’avais déjà émis un avis le 30 janvier 2017 à la suite de la désignation de Benoit Hamon comme candidat du PS à la présidentielle dans un article intitulé « HAMON : UNE VICTOIRE POUR UN ESPOIR? ».

    Depuis, la décantation a commencé.

    L’AFFAIRE FILLON ...SUITE

    L’affaire Fillon a aussi apporté son lot de mouvements divers et variés. Il convient d’en reparler car c’est aussi dans ce contexte que ne se déroule pas la campagne présidentielle.

    Le parquet national financier vient d’annoncer qu’il fait poursuivre l’enquête qui ne pourra donc déboucher que sur une information judiciaire et donc la saisine par un juge avec la menace d’une possible mise en examen ou un procès direct puisque, apparemment,  la première option qui pouvait l’innocenter, c’est à dire le classement sans suite, a été écarté. Ceci suite à la remise du rapport de la police concernant l'enquête.

    "Les nombreux éléments déjà recueillis ne permettent pas d'envisager, en l'état, un classement sans suite de la procédure", a indiqué le parquet dans un communiqué, ajoutant que "les investigations vont se poursuivre".

    Cela veut dire aussi que, lors de la campagne présidentielle, on pourrait se retrouver soit avec un candidat mis en examen ou en attente de l’être mais qui, s’il était élu président de la république, échapperait pour cinq ans à celle-ci soit avec un candidat devant se présenter à un procès. Les investigations se poursuivant on ne peut savoir quand tout cela se produirait.

    Pourquoi François Fillon entraîne t-il sa famille politique dans cette aventure à l’issue incertaine ?

    Le candidat désigné de la droite et « du centre » a repris du poil de la bête et s’affirme comme le seul capable de « sauver » la France avec son programme. Au delà de la légalité ou non des salaires versés à ses proches, François Fillon affiche une prétention sans limite quand on connaît son rapport à l’argent lui qui veut demander des sacrifices aux français !

    Sa campagne se déroule mal et son affaire pollue l’ensemble de la campagne de tous les candidats.

    Cette semaine, à Tourcoing, il a fait les frais d’une contestation qui se reproduit à chacun de ses déplacements. Il en a été de même dans les Ardennes ou en Essonne.

    Les propos qu’il tient vis à vis des manifestants montre bien l’état d’esprit dans lequel il est : «Quand on veut empêcher les gens de faire campagne, ça pose des petites questions démocratiques».

    Après avoir accusé la presse de le harceler et en définitive lui dénier le droit de faire son travail de questionnement sur ses pratiques, il conteste le droit aux français de manifester contre son attitude. Il n’ a pas compris que nombre de français n’aiment pas l’indécence vis à vis de l’argent de nos soi-disant élites surtout quand ils sont donneurs de leçons.

    Il ne se pose pas la question de sa propre responsabilité quant à tous ces troubles qui rendent sa campagne difficile voire inaudible.

    Les responsables sont pour lui les autres : le canard enchaîné, les médias, le parquet financier national. Ce sont eux les « vilains », les empêcheurs de tourner en rond. Lui, il se prétend le meilleur, le plus à même de... Bref, on pourrait interpréter que pour lui tous les autres sont des cons qui n’ont rien compris...

    Les coupables ne sont pourtant pas le Canard Enchaîné qui a fait son travail de révélations ni un quelconque complot dont il voudrait faire croire sans preuves l’existence, ni la population qui manifeste.

    Le responsable de toute cette agitation c’est bien monsieur Fillon lui-même qui, plein d’une morgue suffisante, continue de prétendre vouloir s'incarner en sauveur de la France alors que la sagesse eut été de se retirer pour permettre à sa famille politique, la droite, d’être présente dans le débat démocratique.

    C’est bien monsieur François Fillon qui empêche que la campagne ait lieu dans de bonnes conditions et cela pose en effet « des petites questions démocratiques » comme il dit et sur lesquelles il ferait bien de réfléchir plutôt que d’insinuer que ce sont les autres qui font problème.

    Mais sans doute fais-je partie de cette catégorie de citoyens qui ne comprennent rien à la politique politicienne prenant en otage la démocratie. Car c’est bien de cela qu’il s’agit quand on exerce le chantage du type « moi ou le chaos » en s’appuyant sur une soi-disant légitimité de la primaire de la droite dont les électeurs qui ont voté pour Fillon ne l’ont pas fait, en définitive, en toute connaissance de cause. Comment son parti peut-il laisser faire ?

    Monsieur Fillon se maintenant, c’est renforcer le mouvement que pourraient avoir certains électeurs de choisir la candidate de l’extrême droite...par défaut et déception.

    QUE DOIT-IL SE PASSER ?

    Avec le résultat de la primaire, je pense qu’HAMON, MELENCHON et JADOT et leurs électeurs ont entre leurs mains le devenir de notre pays.

    A GAUCHE IL SERAIT PLUS QUE TEMPS DE FAIRE TABLE COMMUNE...

      A GAUCHE IL SERAIT PLUS QUE TEMPS DE FAIRE TABLE COMMUNE...  A GAUCHE IL SERAIT PLUS QUE TEMPS DE FAIRE TABLE COMMUNE...

     

    ( jyc1, lic CC BY 2.0)     (G.Garitan, lic CC BY-SA 4.0)      (Fernanda LeMarie,CC BY-SA 2.0)

    A eux de montrer collectivement qu’ils sont à la hauteur des espoirs placés en eux.

    « La meilleure des choses est donc  possible à savoir un candidat unique de la gauche au premier tour pour représenter les citoyens se déterminant autour de Jadot (EELV), Mélenchon (Les Insoumis) et Hamon (La belle alliance Populaire).

    Hamon ne pourra pas rassembler ceux qui ne veulent déjà pas se ranger derrière lui au sein du PS. Il n'a pas à mon sens à être inquiet de cela bien au contraire. L’important ce sont les électeurs et pas la fraction du PS qui n’est plus de gauche qui a composé le gouvernement et nombre d’élus de l’assemblée nationale pour mener une politique qui a sapé les fondements de la confiance des électeurs. Le reste n’est que littérature.

    Les trois intéressés ont intérêt, devant les électeurs de gauche, à trouver l’accord nécessaire pour que la gauche soit présente au deuxième tour. »

    Si cet accord ne se fait pas, cela annihile toute chance à un candidat de progrès de gauche d’être présent au deuxième tour. Seul ce rassemblement des forces de gauche peut entrainer une dynamique de tous les électeurs qui peut la faire gagner.

    Pour cela, doivent être travaillées les convergences des programmes qui contiennent en germe les éléments nécessaires pour une gouvernance moderne et adaptée à notre siècle qui tient compte de l’avenir de nos enfants dans une France qui met l’humain au centre des préoccupations tout en tenant compte du monde qui l’entoure et au sein d’une Europe dont il faut modifier les politiques économiques et sociales tout en lui donnant la capacité de résister aux dangers qui nous menacent.

    Un accord peut et doit donc impérativement et rapidement être trouvé.
    Dans le cas contraire, le risque sera l’éparpillement des voix des déçus vers une abstention massive.

    Le pire qui puisse arriver c'est qu'il ne soit pas trouvé un accord pour cause d'égo...

    Je ne veux pas voter au premier tour pour jouer à compter les points pour connaître celui qui perdra le mieux...

    Rappel : même s’il ne faut pas prendre les sondages au pied de la lettre (ou du chiffre), dans un des derniers de ce jour, Benoit Hamon arriverait en quatrième position au premier tour avec 16% d'intentions de vote, suivi par Jean-Luc Mélenchon qui recueillerait 13% des voix. Yannick Jadot réunirait 2% d'intentions de vote. Faisons les comptes : il y a au moins 31 % des électeurs qui pourraient, par extrapolation, voter pour un candidat unique au premier tour et pouvant de ce fait être qualifié pour le deuxième tour de la présidentielle. C’est 3 points de mieux que depuis la désignation de Benoit Hamon comme candidat et les « ennuis » de François Fillon.

    LE PEN qui se stabilise recueillerait 26%,  MACRON  qui fléchit 20% et FILLON qui résiste 20%.

    LE DEUXIÈME TOUR EST DONC A LA PORTÉE D’UN CANDIDAT UNIQUE DE LA GAUCHE...

    Ce qui pourrait éviter les déceptions et les larmes ( sur le dessin c'était après l'Union, aujourd'hui il faut encore la faire):

     

    GAUCHE: JE NE VEUX PAS VOTER POUR CONNAITRE CELUI QUI PERDRA LE MIEUX...

    (Robert Fabre, Georges Marchais et François Mitterrand sur la tombe de l'Union de la gauche, caricature de Maurice Tournade en 1980.recueil de dessins et caricatures paru en 1980, CC BY-SA 4.0)

    « PRESIDENTIELLE 2017: DEMANDEZ LES MENUS...PRÉSIDENTIELLE 2017 : POINT DE SITUATION »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter