• FRANÇOIS HOLLANDE NE SE REPRESENTERA PAS...

    Je dois dire que j’attendais cette décision, non pas que je la prévoyais mais je l’espérais.

    C’est fait et c’est une bonne chose que d’avoir eu la lucidité de ne pas poursuivre une nouvelle quête du pouvoir présidentiel. En cela, je ne peux que saluer sa décision qui je l’espère fera réfléchir ceux dont les égos sont démesurés et qui seraient tentés de sacrifier l'intérêt des français et de la France  à un narcissisme de mauvais aloi.

    FRANÇOIS HOLLANDE NE SE REPRESENTERA PAS...

    (Conférence des Nations unies sur les changements climatiques - COP21 (Paris, Le Bourget), auteur COP Paris — Flickr.com, CC0)

    La déclaration d’hier était empreinte de dignité. Il a joué son rôle de Chef d'État. Il est dommage que François Hollande n’est pas eu cette lucidité du réel lors de son quinquennat pour mettre en place de vraies réformes attendues par ses électeurs de 2012.

    Sans dire comme certains à droite ou à l’extrême droite qu’il n’a rien fait, campagne présidentielle oblige, il faut bien dire que le bilan du point de vue de l’emploi – il l’a reconnu- n’ a pas été à la hauteur de ses espérances. LE CICE et les cadeaux du pacte de responsabilité sont un échec comme la refondation de l’école qui n’a pas abouti.  Il a rectifié dans le domaine de l’Éducation, de la police et la sécurité les effectifs supprimés par un Sarkozy et un Fillon irresponsables dans la gestion de l’avenir. Il laisse une situation financière de l’État meilleure que sous Sarkozy et quelques comptes se sont redressés comme pour la sécurité sociale (Mais à quel prix pour les personnels et leurs conditions de travail et la prise en charge des patients notamment dans les hôpitaux!). Le problème a été la manière de le faire en ponctionnant toujours les mêmes, ceux qui ont revenus très moyens et en ne faisant pas une vraie réforme pour une meilleure justice fiscale tant au niveau des citoyens qu’au niveau des écarts qu’il y a entre les petites et grandes entreprises. Au niveau de la pauvreté, du mal logement des plus démunis...il n'y pas eu assez de fait. Sur son action, je reviendrai sans doute comme j'ai commencé à le faire notamment en l'Europe et le monde.

    MANUEL VALLS CANDIDAT : L’ERREUR À NE PAS FAIRE

    Les médias sont déjà sur le pied de guerre, les regards « braqués » sur ce que fera Manuel Valls suite au renoncement de François Hollande. Ils continuent la guerre des égos avant même qu’elle ne se poursuive. Il serait bon que l’on entende de leur part d’autres analyses aussi. Les sondages affluent...
    J’ai remarqué qu’Hollande n’avait pas appelé à soutenir la candidature d’un Manuel Valls, premier ministre. Et il a bien fait car placer Manuel Valls sur orbite serait une erreur fondamentale car le premier ministre et les ministres et députés qui ont soutenu l’action gouvernementale sont comptables au même titre que le Président des erreurs faites. 

    Comme le Président, ils doivent avoir la même attitude d’humilité et terminer leur mandat en se retirant de la conquête du pouvoir futur.
    Un Manuel VALLS candidat serait une erreur : il n’a aucune légitimité pour se présenter en rassembleur de la gauche, bien au contraire puisqu'il a participé à sa cassure par la politique qui a mené.

    Si Valls était conscient il ne se présenterait pas pour permettre que tout cela se décante « à gauche » . L'état actuel de la situation se résume à une bataille d’égos qui, si elle perdure, mettra automatiquement, par le fractionnement des voix qu’elle occasionne Fillon et Le Pen au second tour. Ce serait irresponsable que cela se poursuive.

    TOUS LES CANDIDATS QUI SE DISENT DE GAUCHE DOIVENT SE RESSAISIR
    La primaire socialiste qui n’est pas une primaire de toute la gauche - mais pour l'instant une primaire au rabais- n’est pas ce qui permettra d’avancer. Elle est inutile voire nuisible et n'ajoutera qu'un candidat se disant de gauche sans rien résoudre à la situation d'éparpillement des voix des électeurs.  Emmanuel MACRON et Jean-Luc MÉLENCHON, sans compter les autres, déjà candidats doivent eux aussi se rendre compte que si tout cela reste en l’état, les voix des français seront divisées au premier tour des présidentielles.

    Si les candidats à la candidature et les autres, déjà candidats, passent au dessus de cette réflexion, ils montreront que leur égocentrisme ou leur narcissisme passe avant les intérêts supérieurs de la France et de sa population menacés par une éventuelle élection d’un Fillon destructeur des acquis sociaux et aux propositions obsolètes ou d’une Marine Le Pen qui mènerait la France à la catastrophe économique et sociétale.

    Pour ma part, il ne saurait être question de voter au deuxième tour pour l’un ou l’autre : la peste ou le choléra ou inversement.

    A suivre...

    « FILLON OU LA VICTOIRE DE L'ANACHRONISMELA PRIMAIRE DE « GAUCHE »: LE MYTHE DE l'UNION »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter