• ELYSEE: UN AN DEJA!

    ELYSEE: UN AN DEJA!Oui, un an déjà que François Hollande est aux commandes de la France. Ca passe vite...et ça ne va pas assez vite le " réenchantement" annoncée de la France. Pire , le fait est que ça déchante.

    Des mesures ont été prises...on ne peut dire que rien n'a été fait. Mais dans certains domaines, ce n'est pas complet ou en recul par rapport à ce qu'on pourrait attendre d'un président élu par une majorité de gauche.  

    Il est temps de ne plus perdre de temps et de donner aux français des perspectives claires qui puissent être comprises ! C'est ce qui manque actuellement même si on peut convenir que la situation n'est pas simple, l'héritage lourd à résorber. 

    J'ai arrêté momentanément de donner mon avis sur les « actualités » mais de temps à autre,  il est bon de se taire pour se mettre au vert et revenir le cerveau aéré et les idées peut-être plus claires.

     

    (Palais de l'Elysée, auteur Ex13, 2009,licence Creative Commons paternité – partage à l’identique 3.0 (non transposée)

     

    Après une pause salutaire donc, quelques mots à propos de la France, l’Europe et l’Allemagne  sans oublier l’union nationale à la mode ces derniers jours.  J’ai  aussi une pensée pour la fête du travail qui a bien besoin qu’on la revalorise alors que le chômage continue d’accentuer sa courbe montante  et que l’on touche au droit du travail au détriment futur des salariés. L’austérité qui va casser des vies commence enfin à avoir ses détracteurs alors  qu’on vient de s’apercevoir que les comptes ou théories de certains économistes qui la préconisent,  sont  erronés…

    LE PREMIER MAI

    (Les événements de Fourmies,17 mai 1891, auteur E. Glair-Guyot (d'après unephoto de M. Perron), domaine public)

    ELYSEE: UN AN DEJA!L’histoire du premier mai est riche d’enseignement sur les symboles de ce jour férié qui célèbre la fête du travail. On trouve facilement, notamment sur le net, tout l’historique de cette journée qui remonte au XVIIIème siècle.  Je ne rappellerai simplement que le 1er mai 1891 qui a enraciné la tradition de lutte des ouvriers européens. Ce jour-là, dans  le Nord, à Fourmies, la manifestation est ensanglantée par le tir de la police sur les ouvriers et qui fait 9 morts. En souvenir les travailleurs épinglent une églantine écarlate, fleur traditionnelle du Nord. (source wikipédia)

    (image d'après Eglantine, auteur Pearson Scott Foresman, domaine public) 

    ELYSEE: UN AN DEJA!

     

     

     

     

     

     

     

     

     (image Franz Eugen Köhler, Köhler's Medizinal-Pflanzen, 1897, domaine public)

    Depuis, le muguet a remplacé l’églantine. Dans le langage des fleurs, le muguet  signifie "retour du bonheur »et est  offert pour porter bonheur. Le nombre de clochettes favorise la chance. Pas sûr qu’en cette période, les chances de trouver un travail se multiplient malgré les nombreuses clochettes.  Il faudra d’autres points d’appuis pour que le travail revienne en abondance. Il est dommage, qu’une fois encore, les syndicats se retrouvent divisés lors des manifestations  alors que c’est le moment de s’unir pour faire front aux mesures qui tentent d’abaisser les protections des salariés dans le code du travail. (voir mon article du 11 avril 2013 http://quaiducitoyen.eklablog.fr /les-deputes-ont-vote-la-loi-flexi-securite-a82191396

    FRANCE-ALLEMAGNE… 

    On pourrait croire que je vais parler « foot »ce qui serait un moindre mal  sauf c'est d'Europe qu'il s'agit et des relations  des deux pays qui sont à revoir.  

    J’ai déjà exprimé mon sentiment quant à la position que la France devait avoir en Europe à propos du vote du pacte budgétaire européen. (voir mes articles de début octobre 2012:  http://quaiducitoyen.eklablog.fr/traite-d-erreurs-europeennes-a57641463   et  http://quaiducitoyen.eklablog.fr/non-au-futur-traite-budgetaire-europeen-a57451641   ).

                                                                                                                         (auteur Xavier Häpe, sous license cc-by-2.0)

    ELYSEE: UN AN DEJA!

    Des voix commencent à s’élever dans la majorité pour demander plus de fermeté dans la position française  contre l’austérité et pour la croissance. Ça se réveille enfin ! Il ne s’agit pas de faire de l’anti germanisme primaire comme certains voudraient le faire croire notamment chez les "ténors" de l’UMP  mais bien plutôt de tenir sa place et de peser en tant que la deuxième grande  puissance européenne pour infléchir enfin une politique de l'Europe qui pourrait casser les freins qui l’immobilisent et entre autres  l’Euro fort , la banque centrale européenne toute puissante qui  joue le jeu de l’austérité, la prédominance de l’Allemagne qui est loin d’être un modèle à suivre  car repliée sur ses dogmes de réussite économique et qui croit faire  oublier ses problèmes sociaux, …
    Le président de l’assemblée nationale vient de donner un signe fort à François Hollande et au gouvernement pour qu’ils infléchissent  leur attitude vis-à-vis de l’Allemagne. C’est un point positif. Il faut en effet arrêter d’être à la remorque de ce pays   mais coopérer avec lui dans la franchise et la fermeté et travailler pour construire une Europe au service des peuples et non au service des lobbies et de l’argent.  (voir mon article de novembre 2012 sur le sujet : http://quaiducitoyen.eklablog.fr/l-allemagne-modele-du-medef-a59188683 )

    Une lueur d’espoir semble se dessiner avec l’Italie dont le nouveau chef de l’exécutif parait  remettre en cause l’austérité européenne programmée.  De même, on sent  que certains pays du Nord comme les Pays - Bas reviennent sur la dite austérité, frein de la croissance.

    Il était temps de s’en apercevoir.  

    La situation régressive actuelle créée par l'austérité est le fruit pourri d’une politique  menée  pour satisfaire les marchés financiers et les agences de notation  en se basant sur des travaux scientifiquement erronés  d’économistes  libéraux  qui viennent d’admettre qu’ils ont fait des erreurs  (il s’agit notamment de Kenneth Rogoff et Carmen Reinhart, deux professeurs émérites de la célèbre université d’Harvard).  Nos grands organismes comme le FMI et la commission européenne, l’Allemagne et nombre d’autres pays ont soutenu des conclusions entâchées de faussetés  et ont obligé à l’austérité qui a participé à détruire des millions d’emplois publics et privés avec toutes les conséquences économiques et sociales que l’on connait. Ceux qui trinquent : les peuples !  

    ELYSEE: UN AN DEJA!Pour la petite histoire, les agences de notation Fitch et Moody’s  ont retiré  à Londres son triple A  parce que le plan d’austérité appliqué par  David Cameron, le premier Ministre anglais, « détériore gravement les performances de l’économie britannique »… sans désendetter   l’Etat anglais.

    Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas assainir les finances de nos états et apporter un meilleur fonctionnement  de ceux-ci mais cela ne doit pas se faire sur le dos des populations à qui on veut faire payer les erreurs de nos politiques et des financiers.  

    L’Europe doit aussi montrer l’exemple et arrêter d’avoir un train de vie hors normes alors qu’il faudrait utiliser l’argent à relancer les activités.  Des économies sont à faire au lieu de « mégoter » sur les subventions aux associations caricatives qui se préoccupent de nombre de citoyens européens dans le besoin.
    Oui, il est temps que la France et d' autres pays s’affirment pour que l’Europe arrête de stagner avec ses dogmes bureaucratiques et ses lourdeurs qui ne créent aucune dynamique.   Il faut  mettre en place une vraie gouvernance européenne qui pourra entraîner la croissance. C'est jouable!

    Mais ça n’est pas gagné ! 

    Sans l’Europe, les nations  ne pourront vaincre la crise  et celles qui comme l’Allemagne sont pour le moment les moins touchées ne pourront subsister seules face à un mondialisme économique inéluctable. Les pays de l‘Europe doivent donc travailler ensemble pour être forts mais pour cela il faut changer tout le fonctionnement et rendre aux élus des peuples le pouvoir de décider.  Les discours des partisans du repli national  ne sont que des discours de circonstances électoralistes précaires, irrationnels voire irresponsables.

    Il faut travailler avec l’Allemagne –et les autres pays-  mais ne pas laisser l’Allemagne dicter la conduite de l’Europe mais au contraire faire que les relations soient empreintes de franchise ce qui ne veut pas dire agressivité. Pour cela il faut remettre en cause la politique de la chancelière allemande qui joue plus national qu’européen, lui dire et affirmer avec force une autre politique européenne.

    UNION NATIONALE? 

    Laquelle ?  Ma conception de l’‘union nationale n’est pas celle de certains politiciens qui ne savent plus que trouver pour exister.

    On ne vaincra pas les problèmes que nous avons avec un soi-disant consensus amené par un hypothétique gouvernement d’union nationale qui sera vite paralysé par ses conflits idéologiques ou de personnes. A voir les attitudes actuelles de certains « responsables" (?) politiques, je n’y crois absolument pas.  Je ne vois pas par exemple, quelle union ou quel gouvernement d’Union on pourrait faire avec le front national qui ne propose que des inepties en matière économiques et  avec  l’UMP qui ne sait rien proposer que son bilan calamiteux, ses idées du siècle dernier et sa sainte allégeance au modèle allemand. Elle a fait montre récemment de sa grande capacité à l'Union de ses dirigneants dans sa propre organisation!  Les seuls objectifs de ses "leaders" sont la prochaine présidentielle. Un gouvernement d'union nationale ne pourrait être actuellement qu'un triste "foutoir" aussi inutile que désespérant. 

    ELYSEE: UN AN DEJA!

    La majorité actuelle a en main tous les leviers pour agir. Qu’elle le fasse mais dans le bon sens en respectant ce pour quoi elle a été élue.

    Pour cela il faut remotiver et donner de l’espoir et de la confiance. Là est l'union nationale.

    Il faut motiver la population et les travailleurs en s’attaquant vraiment et avec détermination au chômage ce qui n’est certes pas facile, il faut en convenir, dans cette période . Mais il reste nombre de mesures à prendre pour avancer. Il faut par exemple aider et motiver les PME et les créateurs au lieu de faire 20 milliards de cadeaux fiscaux sans contrat et sans contrôle.

    Il s’agit aussi de défendre vraiment ce qui reste de notre industrie et  de nos possibilités de reconquérir les marchés.

    Il faut redonner confiance à la population en mettant en place tout de suite le non cumul des mandats en vue des municipales au lieu de trouver, comme certains députés, des arguments pour reculer. L’assainissement de la vie publique passe d’abord par-là, bien plus que par l’étalage des biens déclarés  des ministres ce qui n’apporte rien.

    Dans un autre domaine,  il s'agirait aussi de motiver les acteurs de l’Ecole pour que la refondation se fasse vraiment au lieu  d’enfermer les professionnels dans des carcans horaires qui n’apporteront aucun progrés et sont un frein à l'autonomie, à la recherche et à la liberté pédagogique. Il s'agirait ensuite d'arrêter de  mégoter sur la revalorisation de la fonction de professeur d’école…. J'y reviendrai. 

    Je pourrai continuer au long de nombreuses pages. Des solutions existent. Il faut avoir le courage de les mettre en œuvre dans la cohérence et montrer clairement le cap. 

    Oui, il faut redonner confiance et remotiver les citoyens : là est l’union nationale qui doit permettre d’avancer. Le reste n'est que du baratin politico médiatique. 

    On entend tout et n'importe quoi de ceux qui ne sont pas au pouvoir. Mais ceux qui le sont doivent donner les signes d'un vrai changement, plus de cohésion et surtout plus d'objectifs clairement explicités.

    Je n’en ai rien à "ficher" des futures présidentielles et des objectifs de conquête d’une UMP déliquescente qui n’ a fait que soutenir la politique d’un Sarkozy  « agité »qui a creusé le déficit tout en aggravant les inégalités sociales et en soumission complète avec la politique européenne menée par l'ALLEMAGNE. Les français feraient bien de conserver la mémoire des faits passés de ces dernières années.
    Ce n’est pas l’agitation et la soi-disant apparence de capacité à « rouler des mécaniques »  qui fait la politique mais la détermination, la clarté des objectifs et l’action finement ciblée plutôt que des mesures générales et grossières de certains énarques qui sévissent depuis des décennies avec leurs recettes désuètes et leurs expertises « à la gomme ». Au lieu de planer, certains politiques et les technocrates usés qui les entourent feraient bien d'ouvrir leur parachute et atterrir, sinon le choc avec la réalité sera brutal.

    François Hollande a 4 ans pour que les résultats soient à la hauteur des espérances des citoyens . Qu’il fasse le nécessaire en agissant, et vite s’il ne veut pas faire croire aux français que les solutions puissent venir de l’extrême droite. Cette dernière est habile à récupérer les problèmes en créant des slogans simplistes qui abusent certains et qui prônent de solutions basées sur l'illusion ségrégative ou le repli de la France sur elle-même et qui nous feraient revenir au moins soixante dix ans en arrière. 

    Qu'il écoute celles et ceux qui, dans son parti, ont exprimé leur désir d'un vrai changement  et aussi ceux qui même si ils ne sont pas de sa majorité ont contribué à son élection. Il saura ce qu'il faut faire et de manière concrète...

    C’est tout pour aujourd’hui… 

    « En passant par la Loire-Atlantique…un site et un château à voir.CARTONS ROUGES*… »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :