• COD-19 ET LES ENFANTS A L'ÉCOLE: LES INCERTITUDES QUANT A LA CONTAGION

    Je dis bien incertitudes car c’est de cela qu’il s’agit aujourd’hui.  Les diverses informations que l’on peut voir passer depuis quelques semaines quant à la contagion au niveau des enfants me laissent perplexe surtout quand on annonce qu’on va rouvrir les écoles quand on commencera à déconfiner.

    COD-19 ET LES ENFANTS A L'ÉCOLE: LES INCERTITUDES QUANT A LA CONTAGION

     Image par Robin Higgins de Pixabay

    Un plan de dé-confinement a été annoncé qui certes ne fait pas l’unanimité mais a le mérite d’être progressif pour tenter de reprendre une vie qui ne sera pas normale mais laissera plus de respiration. Ce serait pour le 11 mai à condition que les conditions soient réunies pour ce faire au niveau de la situation sanitaire des départements.  Ensuite, il faudra que chaque citoyen fasse le nécessaire pour continuer de respecter   les gestes barrières voire porte un masque dans les lieux publics et ait un comportement qui ne soit pas celui d’un relâchement inconséquent . Cela peut être possible. Le confinement a eu l’air d’avoir été respecté par la grande majorité d’entre-nous. C’est ce qui a permis de faire face aux soins à prodiguer dans les conditions difficiles que l’on sait dans les hôpitaux.  Il faut maintenant qu’il n’y ait pas de deuxième vague qui puisse survenir alors que la première n’est même pas encore terminée et que les soignants n’ont pas eu le temps de se reposer. Ceci brièvement dit.

    LA RÉOUVERTURE DES ÉCOLES MATERNELLES ET ÉLÉMENTAIRES

    Elle devrait se faire dès le 12 mai si le feu VERT du dé-confinement est donné et ceci quels que soient les points du territoire.

    Dans les articles précédents j’ai exposé les raisons pour lesquelles à mon sens, cette ré-ouverture est prématurée notamment parce qu’elle est lancée d’une manière précipitée et sans respecter ceux qui seront en première ligne : les enseignants, les personnels municipaux et bien sûr les enfants. Je n’y reviens pas

    Pour retourner   à l’école il faut en effet,  disais-je « que la confiance se regagne et que les parents, les élèves et les enseignant n’y aillent pas la « boule au ventre » ce qui actuellement est probablement ce qu’ils ressentent tous au vu de leurs réactions sur le terrain et compte tenu  de la précipitation, le flou et la manière dont cette reprise est organisée... »

    Je vais donc simplement revenir à une question que j’ai déjà posée et à laquelle il me semble essentiel de répondre :  « A-t-on le droit de faire le pari de laisser 12 millions d'élèves retourner à l’école avec le brassage de population que cela fera et donc la contamination entre élèves qui à leur tour iront contaminer leurs parents  alors qu'il faut tout faire pour éviter d’ajouter la contagion à la contagion et ainsi ne pas saturer nos capacités hospitalières ?»

    La contagion par les enfants, entre enfants, les enfants vers l'adulte et vice-versa est-elle négligeable ? Car ne l’oublions pas, la doctrine a « évolué » : On est passé de "les enfants sont contagieux"  à "les enfants ne sont pas très contagieux".  

    "Où est la vérité?" telle est la question qui se pose.

    COD-19 ET LES ENFANTS A L'ÉCOLE: LES INCERTITUDES QUANT A LA CONTAGION

    Image par Gerd Altmann de Pixabay

     Il serait donc  bon de faire le point de toutes les informations sur le sujet car je ne suis pas convaincu par les déclarations rassurantes des autorités abondamment relayées voire défendues par certains médias ou chroniqueurs...

    LES INCERTITUDES QUANT A LA CONTAGION CONCERNANT LES ENFANTS

    Elles sont bien réelles. Je ne les invente pas. J’aimerai justement  des certitudes qui pourraient enlever cette « boule », cette angoisse, cette appréhension, ces doutes …pour permettre que chacun soit rassuré : les parents, les enfants et aussi tous ceux qui les auront à charge durant le temps scolaire ou extra scolaire.
    Les enfants sont –ils moins touchés par le coronavirus ? Sont –ils aussi contagieux que les adultes, peuvent –ils contaminer les autres enfants et les adultes  et dans ce cas faire que l’école devienne le foyer de départ de nouvelles infections ?
    A ces questions les réponses varient.

    L’avis des pédiatres français

    La grande majorité d’entre eux  est favorable à une reprise de l’école le 12 mai sous certaines conditions. On trouve cet avis sur  le fil internet de 20 minutes par exemple : https://www.20minutes.fr/sante/2768715-20200427-coronavirus-pediatres-livrent-recommandations-retour-ecole-optimal-enfants

    La crainte d’un lien entre le COVID 19 et la maladie de Kawasaki

    Plusieurs cas d'enfants présentant des symptômes proches de la maladie de Kawasaki sont apparus en Europe ces derniers jours, faisant craindre un lien avec le Covid-19. Les autorités britanniques ont lancé une alerte concernant une augmentation du nombre d'enfants présentant des symptômes proches de ceux de cette maladie dont les effets peuvent être dangereux pour la santé des enfants. D’autres pays européens sont touchés. En Belgique 10 cas ont été recensés. Selon le journal « Midi Libre », en France, l'hôpital Necker à Paris a alerté sur "un nombre croissant d'enfants de tous âges" ayant "été hospitalisés dans un contexte d'inflammation multi-systémique associant fréquemment une défaillance circulatoire avec des éléments en faveur d'une myocardite" : 25 cas auraient nécessité une réanimation en région parisienne, et 10 à Necker.   "Le contact pris avec nos collègues londoniens, espagnols et belges confirme ce problème émergent", explique au « Midi Libre » le Dr Damien Bonnet, coordonnateur du réseau M3C à l'hôpital Necker.

    De cela  le  premier ministre n’en a pas parlé mors de sa conférence de presse alors qu’il aurait dû le savoir. Le ministre de la santé vient juste  d’admettre ce mercredi dernier matin sur France Info "une certaine inquiétude"et de prendre tout cela avec beaucoup de sérieux.

    Pour en revenir à cette découverte de « cas » d’enfants susceptibles d’avoir été atteints par le coronavirus, sans être ni médecin, ni me prendre pour un spécialiste  de quoi que ce soit en la matière, je constate après recherche qu’entre la France , le Royaume- Uni  et la Belgique ça fait quand même  donc avec  les vingt-cinq cas   hospitalisés en réanimation en région parisienne ces trois dernières semaines et une dizaine donc dans le centre spécialisé de l'hôpital Necker, la Belgique(10) et le Royaume-Uni (12) un chiffre que j’estime non négligeable de  57 cas recensés.  Au royaume Uni les enfants hospitalisés sont dans un état grave. Il est  « craint de plus en plus qu'un syndrome inflammatoire lié (au Covid-19) apparaisse chez les enfants"selon une note de la NHS (Service de Santé britannique).

    Selon l’organe de presse allemand  Reuters «  dans le nord de l'Italie, l'une des régions les plus durement touchées par la pandémie en cours, des médecins ont fait état d'un nombre anormalement élevé de cas sévères d'une pathologie ressemblant à la maladie de Kawasaki, chez des enfants de moins de neuf ans ».(Source l’Indépendant).  On trouve aussi des cas similaires en  Espagne, en Australie ou aux États-Unis.

    Une coïncidence ?

    le Pr Richard Nicollas pédiatre marseillais  explique :  "Elle( la maladie de Kawasak n'est pas ultra-fréquente, mais elle est très classique", "Si tous les pédiatres la gardent dans un coin de leur tête, c'est parce qu'elle présente un réel critère de gravité: l'anévrisme sur des artères coronaires, qui intervient dans 25 à 30% des cas. L'infarctus, lui, est heureusement très rare. Or, les symptômes relativement banals de la maladie -fièvre, éruption cutanée, ganglions, etc.- peuvent compliquer ou retarder le diagnostic, notamment pour des généralistes moins habitués à cette pathologie rare. "Il faut rester ouvert intellectuellement pour y penser"."On ne sait pas ce qui la provoque  "c'est sûrement multifactoriel"

    Olivier Véran ministre des solidarités et de la Santé : "Est-ce qu'il s'agit d'une réaction inflammatoire qui vient déclencher une maladie préexistante chez des enfants atteints par ce virus ou une autre maladie infectieuse? Il y a beaucoup de questions».

    Il  souhaite pouvoir rapidement explorer les dossiers médicaux des enfants concernés.Qu'il se dépêche alors...

    COD-19 ET LES ENFANTS A L'ÉCOLE: LES INCERTITUDES QUANT A LA CONTAGION

    Siège de l’Académie nationale des Sciences  Leopoldina  en Allemagne ; auteur Jwaller — Travail personnel -  CC BY-SA 3.0 de

    Les études allemandes

    Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale s'est fondée sur une étude de l'académie des sciences allemande Leopoldina pour affirmer que la contagion des enfants et par les enfants n’était pas importante...  Il applique en France  la stratégie recommandée  par cette académie  à savoir   un dé-confinement par tranches d’âge, en privilégiant un retour progressif en classe des élèves par groupes de quinze. Il ajoute : « L’académie des sciences allemande me paraît être une référence importante ». C'est un argument que j’estime "faiblard" et qu’il oppose pourtant à l’avis du conseil scientifique français qui disait lui  qu’il ne fallait pas la reprise de l’école le 11 mai mais en septembre. Je trouve ce choix curieux.

    En Allemagne ,  les écoles et lycées devaient rouvrir à partir du 4 mai.

    Mais depuis lors, l'Allemagne a décidé de reporter sa décision sur la réouverture des écoles, le Danemark ayant constaté une recrudescence des infections deux semaines après avoir fait revenir les enfants. Prudente, la chancelière Allemande a estimé qu’elle avait besoin de plus de temps pour « déterminer les effets du relâchement des mesures les plus restrictives sur la progression de la pandémie avant de s'engager dans un nouvel assouplissement de la fermeture. »  Elle a décidé de reporter au 6 mai la décision sur la date de redémarrage complet des écoles, des garderies et des clubs sportifs.  

    Il faut ajouter une autre étude toute récente d'Allemagne révélée par le Huffington Post qui montre qu'il n'y a pas de certitudes mais des doutes sur le sujet. Cette étude est celle de l’équipe du Professeur Drosten, surnommé "le virologue des virologues". Il  a été « le premier à mettre sur pied à Berlin un test PCR pour le covid-19, et à le mettre à disposition de confrères européens ». « Le médecin, qui travaille à l'Hôpital de la Charité, en Allemagne, a voulu évaluer la charge virale du SARS-COV-2 (nom scientifique du virus), en fonction de l’âge du patient. Est-elle moins forte chez les enfants ? Les chercheurs ont analysé les valeurs des tests PCR de 3712 patients COVID-19, en les corrélant à leur âge. Ils n’ont trouvé aucune différence significative entre les catégories d’âge, y compris pour les enfants. »  Les détails ici sur le fil du Huffington Post : https://www.huffingtonpost.fr/entry/coronavirus-cette-etude-relance-le-debat-sur-enfants-et-lecole_fr_5eaa93edc5b6f56615fc60cd?fbclid=IwAR3tBPcEPpC9MJxWF2UJPt36sEF1u_enF-nFBv3Xp4E9MtJPzTd08J4gKhs

    Les  auteurs de l’étude estime donc qu’il y a un risque non négligeable qu’un enfant atteint du Covid-19 soit aussi contagieux qu’un adulte.  Ils mettent en garde contre “une réouverture sans limites” des écoles: « il est actuellement impossible de savoir avec certitude si les enfants sont véritablement moins contagieux que les parents et, si oui, à quel point. »  

    Le Conseil scientifique dans sa note du 24 avril  ne fait que dire la même chose : il faut évaluer rétrospectivement la circulation du virus chez les enfants lors de la première vague épidémique.

    Apparemment le président de la République, le premier ministre, le ministre de l’éducation nationale et le ministre de la santé estiment  donc négligeables tous ces avertissements qui sont pourtant très sérieux. Pourquoi?

    Chacun jugera...

    PLAN MACRON DE DE-CONFINEMENT : PRECIPITE ET HORS SOL

     Image par Greg Montani de Pixabay

    POURQUOI NE FONT-ILS PAS JOUER LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION** ?

    Pour ma part, devant cette attitude , comme dans la plaisante série « Scènes de ménages » sur France 3, je pourrais dire comme  José quand Liliane  a des attitudes un peu équivoques : « On ne sait pas, on ne sait plus ! Je sais plus là , je sais plus…  je, je n'sais pas et puis non je n'sais pas, je n'sais plus je n'sais pas!

    A-t-on le droit de faire le pari que j'estime inconséquent et dangereux de laisser 12 millions d'élèves retourner à l’école avec le brassage de population que cela fera et donc la contamination entre élèves qui risqueraient à leur tour de contaminer leurs parents ? Comment peut-on prendre ainsi le risque de recréer des milliers de foyers infectieux alors qu'il faut tout faire pour éviter d’ajouter la contagion à la contagion et ainsi ne pas saturer nos capacités hospitalières. Trop d'incertitudes règnent quant à contagiosité faible ou non des enfants... N'est-ce pas le principe de précaution qui doit prévaloir pour préserver la santé? Nombre de pays l’ont fait.

    Ne pas le respecter est à mon sens d’une inconséquence grave.

    La reprise de l’école n’aurait dû être faite au plus tôt qu’en septembre pour éviter donc d’ajouter de suite la contagion à la contagion. Cela aurait permis de prendre du temps pour préparer vraiment concrètement une rentrée des écoles  en fonction des préconisations sanitaires des instances médicales et de la situation sanitaire générale qu’il y aurait à ce moment là dans le pays et peut-être une amélioration réelle de la situation de nos hôpitaux, voire des traitements et des matériels comme les masques ou les tests en nombre suffisant pour la population... sans oublier une organisation pédagogique très compliquée à mettre en œuvre pour qu'elle soit efficace et qu'il faut donc repenser tant au niveau du téléenseignement qui continuera probablement que du niveau de la mise en pratique dans les écoles où viendront les élèves.

    Certains diront que tous les enfants ne rejoindront pas l’école le 12. C’est vrai et ça pourrait faciliter l’accueil. Mais qu’en sera-t-il quand il faudra pour les parents reprendre le travail, le chômage partiel n’étant plus pris en charge le 1er juin sauf motif : enfant à pathologie ou si l’école ne peut prendre en charge les enfants… L’étau se refermera alors. Et la mesure  de groupe de 15 enfants par classe complètement  irréaliste prendra alors toute sa signification et sa difficulté d’application.

    COD-19 ET LES ENFANTS A L'ÉCOLE: LES INCERTITUDES QUANT A LA CONTAGION

    Image par Gerd Altmann de Pixabay

    POUR CONCLURE…TOUJOURS PROVISOIREMENT

    Pour lors, j’estime que si des écoles ouvrent cela sera dans la précipitation et que les enfants ne seront pas à l’école mais dans une garderie car au vu des conditions actuelle de reprise et des contraintes sanitaires il sera quasi impossible de faire de la pédagogie.  Tout ce que le premier ministre vient de redire au sénat sur l’urgence qu’il y a pour certains élèves de revenir à l’école pour des considérations scolaires n’est que du pipeau :« Le retour de nos enfants est un impératif pédagogique et de justice sociale ».  L’école n’est pas une garderie.

    Une garderie pour les enfants ? Pourquoi pas mais pas animé par l’éducation nationale mais mise en place par les communes ce doit être possible. C’est de leurs prérogatives pour justement que certains enfants puissent s’aérer d’un confinement  qu’on peut comprendre de plus en plus difficile pour eux et d’autant plus pour ceux qui habitent dans des  petits logements par exemple.  

    Dernière minute : Le protocole sanitaire* publié le 1er mai a encore changé. Une nouvelle mouture a été renvoyée aux directeurs d’école ce 3 mai.  Encore une attitude technocratique complètement hors sol n’étant pas consciente des réalités qu’on peut vivre sur le terrain. Des modifications sensibles peuvent être notées pour soi-disant faciliter la mise en place des protocoles sanitaires. On demande aux maires et aux enseignants de tout résoudre pour le 11 mai. J’ai montré qu’à l’évidence c’est impossible (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/retour-a-l-ecole-le-11-mai-la-boule-au-ventre-1-sur-2-a186374972   ).

    Des réactions se font nombreuses parmi les collectivités locales. Je ne citerai que les 300 maires de la région parisienne qui écrivent au Président de la République pour le notifier et dire qu’ils ne ré-ouvriront pas les écoles le 11mai. Mais j’en ai vu aussi beaucoup d’autres dans mon secteur géographique qui ne rouvriront pas les écoles le 12 mai. Quant à ceux qui le feront je voudrai savoir comment ils ont fait,  les enseignants étant confinés, comment ils ont déterminé avec eux les conditions concrètes de l’ouverture des écoles et de quelle manière, ceci étant fait , ils pourront le 11 mai, et après accord qui se doit d’être  concerté, informer les parents des conditions exactes dans lesquelles leurs enfants seront accueillis avant qu’ils ne décident par consultation d’envoyer ou non leur enfant à l’école. Je ne parle pas de la formation du personnel, des moyens divers, la cantine, la circulation aux abords de l’école, les masques pour les personnels, le gel hydroalcoolique… Le processus  concertation, de consultation, de formation sera-t-il respectée? En si peu de temps, je suis en droit d'en douter...

    Sur l’application de ce protocole modifié je reviendrai bientôt.

    PLAN MACRON DE DE-CONFINEMENT : PRECIPITE ET HORS SOL

    Image par congerdesign de Pixabay

     

    *Protocole sanitaire :

    Mouture publié le 1er mai : http://www.portailpe.com/wp-content/uploads/2020/04/projet-de-protocole-sanitaire-men-29-04-20-.pdf  - 63 pages

    Mouture modifiée publiée le 3 mais, reçu le 4 mai par les enseignants et les collectivités locales : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Documents/docsjoints/protocole1ddef.pdf  - 54 pages

     **Principe de précaution: " Le principe de précaution est une disposition définie et entérinée lors du sommet de Rio de 19921. Cette disposition expose que malgré l'absence de certitudes, à un moment donné, dues à un manque de connaissances techniques, scientifiques ou économiques, il convient de prendre des mesures anticipatives de gestion de risques eu égard aux dommages potentiels sur l'environnement et la santé. Plusieurs affaires et débats ont favorisé son déploiement en tant que principe : les OGM, le bisphénol A2, le sang contaminé. Ces affaires ont conduit de nombreux pays à inscrire ce principe dans leurs droits nationaux." (source Wikipédia)

     

    « RETOUR A L'ÉCOLE LE 11 MAI : LA BOULE AU VENTRE... 2 sur 211 MAI 2020: EN FRANCE ON DÉCONFINE... PARFOIS A MARCHE FORCÉE »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :