• Cannabis, dopage, pesticides et tutti quanti*

    Cannabis,  dopage, pesticides et  tutti quanti*Oui à petites doses, le monde s’empoisonne que ce soit avec du cannabis, des produits dopants  (et pas que pour les sportifs de haut niveau), des OGM peut-être, des pesticides  sans aucun doute et bien d’autres polluants  taxés ou cachés… Ce n'est pas nouveau.

    L’affluence des nouvelles de ces derniers jours quant à ces substances ou produits qui sont le quotidien des uns ou des autres  me posent questions. Ce ne sont peut –être pas celles  qui  préoccupent le plus les français dans leur vie de tous les jours …quoique si on veut manger sainement  sans trop de risque d’être empoisonné à petit feu ou regarder un Tour de France « propre » comme disent les journalistes de la Télé…Pour le reste , …

    (steve F, licence Creative Commons avec mention de paternité et partage à l'identique (CC-By-SA) en version 2.0)

    Dépénalisation du cannabis.  

    Cannabis,  dopage, pesticides et  tutti quanti*On se demande bien pourquoi le premier ministre et le président de la république ont rappelé à l’ordre le ministre de l’Education nationale qui voulait donner son sentiment sur le sujet. Je ne sais pas s’il faut dépénaliser ou non.  Il faut y réfléchir. Je constate, simplement, qu’on veut éluder un débat sur le cannabis, substance jugée dangereuse dont on n’a pas réussi, en France, à limiter la consommation. Au nom de la sacro-sainte solidarité gouvernementale ! Amen ! Il y a  pourtant des problèmes d’importance que jusqu’à présent les pouvoirs publics n’ont pas résolu : augmentation de la consommation, économies souterraines (et pas seulement dans les banlieues difficiles)…

    Que le ministre de l’Education nationale pose la question, c’est tout à fait fondé. L'ampleur de la consommation qui touche des  milliers de jeunes (et de moins jeunes)  ne peut laisser indifférent et je comprends que ce ministre-là, justement, se sente concerné et qu’il veuille ouvrir un débat indispensable pour avancer et trouver des solutions plutôt que de faire l‘autruche.  Ce serait peut-être le moment de lancer une grande campagne d’information sur le sujet et de mettre en place de nouvelles actions réfléchies de lutte contre le phénomène. Vous savez tout, vous,  sur le Cannabis ? Moi, non.

     
    Alors avant d’accepter un "joint", appliquons le principe de précaution…

                                                                                                                                                        A suivre…

    Dopage à vélo ou vélo du dopage.

    Cannabis,  dopage, pesticides et  tutti quanti*Lundi, Lance Armstrong a été déchu de  ses 7  victoires au Tour de France par L'Union cycliste internationale (UCI) suite au rapport   de l'agence américaine antidopage qui accuse le coureur de « dopage systématique ».

    Dont acte. Je ne suis pas du tout  fan de ce type de compétition. Ce que je constate,  c’est qu’Armstrong se serait dopé durant 10 années et on ne le découvre que maintenant ce qui est pour le moins curieux, bizarre, étrange, abracadabrant, anormal, baroque, étonnant, fantaisiste, fantastique, incohérent, paradoxal, invraisemblable, inquiétant…      

    (domaine public) 

    L’Union Cycliste Internationale responsable des contrôles n’aurait donc rien vu durant 10 années après que le dit coureur eût passé des centaines de tests de dépistage ? C’est très difficile à croire.  Cette Union est, à mon sens, aussi responsable qu’ARMSTRONG pour avoir ou laissé faire ou s’être laissé abusée pendant 10 ans en ne mettant pas en place les contrôles nécessaires.  

    Ou les contrôles sont efficaces ou ils ne servent à rien. Et pourtant ils coûtent chers. En 2011, un contrôle anti dopage coûtait en moyenne 634 € soit  161 € pour le contrôle lui-même et 473 € pour l’analyse.  Cette année -là , en France,  10 623 analyses antidopage et 9 516 contrôles antidopage ont été effectués.  L’état subventionne à hauteur de 7, 8 millions d’euros  l’organisme chargé des contrôles, l’Agence française de lutte contre le dopage.  (Source : Annexe au projet de loi de finance 2013, Rapport sur les autorités publiques indépendantes).  

    Cannabis,  dopage, pesticides et  tutti quanti*Combien d’autres cyclistes qu’Armstrong ont gagné  et se sont dopés et n’ont pas été détectés? Armstrong est peut-être être l’arbre qui cache la forêt.  Sert-il de bouc émissaire pour cacher ou la complicité ou l’incompétence  de l’Union cycliste internationale qui se voit acculé à prendre des sanctions ? Va-t-elle poursuivre en faisant sortir tous les dossiers de tous les coureurs cyclistes pour déterminer s’ils ont ou non trichés ? Où va-t-on l’obliger à le faire ?  Il faut en tout cas que tout soit éclairci et qu’on aille jusqu’au bout des dossiers afin que l’on remette les choses à leur place.

    (image de l'érythropoïétine (EPO), domaine public )

    Voilà où mène la course à la compétition pour que l’homme puisse se dépasser et faire le spectacle quel qu’en soit le prix, tricherie et abus compris. Là aussi, des enjeux financiers sont en lice. A qui profite la triche ? Où est la vérité ?

    Les pesticides et les OGM, Monsanto.

    Ce n’est plus du dopage mais d ‘empoisonnement  à petit feu  dont il pourrait s’agir.  L’étude de Gilles-Eric Séralini et de son équipe n’ a pas été validée par l’HCB (Haut Conseil des biotechnologies) et  l'Anses (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) par manque d’éléments de "preuve" pour démontrer la toxicité du maïs NK603 fabriqué par Monsanto avec ou sans son herbicide associé, le Roundup.

    Cannabis,  dopage, pesticides et  tutti quanti*Soit, mais cela pose tout de même des questions.  Il est très possible que ses résultats puissent être critiqués si les conditions d’expérimentations n’étaient pas adaptées (pas assez de cas, rats déjà sujets à des tumeurs), mais le maïs NK603 et le Roundup sont –ils inoffensifs pour autant ? La preuve de leur non toxicité n’a pas non plus vraiment été apportée. Il y a en effet une concordance d'avis de nombre de scientifiques qui disent  que les tests de toxicité sont réalisés sur des durées trop courtes et qui demandent que les tests réglementaires soient étendus dans le temps et rendus obligatoires.  Pourquoi les tests réalisés par l'industrie ont-ils et sont-ils limités à trois mois ?

    Pourquoi selon un principe de précaution qui dans ce cas se justifie, ne retire-t-on pas les autorisations de mises sur le marché en attendant que soient réalisés des tests qui démontrent la toxicité ou non et des pesticides et de ces types d’OGM ?

    Pourquoi ne décortique-t-on pas les études produites par Monsanto de façon aussi fermement qu’on l’a fait pour celles de l’équipe du professeur Séralini ?                                                                

                                                                                                                                          (AdmeLERT, domaine public)

    Cannabis,  dopage, pesticides et  tutti quanti*En tout cas, son étude a eu au moins un avantage : celui de lancer un débat public sur la faiblesse des tests réglementaires aux termes desquels les OGM et les produits phytosanitaires sont mis sur le marché.  

    Le gouvernement a déjà réagi positivement en demandant la "remise à plat du dispositif européen d'évaluation, d'autorisation et de contrôle des OGM et des pesticides". C’est une position importante mais il faut que ce ne soit pas qu’une demande. Il faudra se battre au niveau de l’Europe pour que ça soit suivi d’effets.

    Rappelons quand même, qu’après des années de procédures, Monsanto a été jugé "responsable" de l'intoxication à l'herbicide en 2004 d'un agriculteur français. Les  défenses et les moyens  des « grands de l’agroalimentaire » sont énormes. Des intérêts financiers considérables sont en jeu.

    La France,  3ème consommateur de pesticide au monde,  a intérêt à prendre en compte le problème et à réorienter l’agriculture pour préserver notre santé.

    Qu’on se dise !

     

    *De l’italien tutti quanti (« tous autant qu’ils sont »), les autres, ceux du même genre que ceux qui viennent d’être cités (généralement utilisé après  et  en signifiant et cetera )

    « Refondation de l'Ecole : une affaire de détermination et de changement en profondeur.Vous n'avez pas d'idée pour cuisiner... »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter