• CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 6 : PROJET ET PROGRAMME FRANÇOIS FILLON 0 sur 4

    Il y a plusieurs façons d’examiner les programmes des candidats.

    Il y a celle de confronter les propositions de chacune et chacun par thème à partir du débat télévisé qui a eu lieu sur TF1 ce lundi 20 mars.

    Il y a aussi celle de prendre les propositions, candidat par candidat, pour gouverner la France ce qui permet de juger l’ensemble, personnalité du candidat comprise à partir de leurs réactions et de leurs perceptions de la vie quotidienne des français.

    Puisque pour compléter le débat, il semble que s’organisent des entretiens candidat par candidat comme celui qui s’est déroulé ce mardi à France 2 avec François Fillon, j’ai choisi de commencer par la deuxième manière quitte à revenir sur certains thèmes pour comparer ce que proposent les candidats et si nécessaire...

    On peut aisément compléter pour ce qui ne serait pas assez précis avec les programmes écrits que l’on peut trouver facilement sur le net.

    Il est évident que la subjectivité sera présente dans cet examen ayant bien entendu, comme tout citoyen, un certain nombre de convictions et de positions sur nombre de sujets que j’ai pu étudier, expérience aidant aussi de la vie politique, militante que j’ai pratiquée et pratique encore. Je pourrai me contenter de ne passer en revue que les candidats qui pourraient correspondre à ma sensibilité politique. Mais je pense qu'il est bon de donner mon point de vue qui peut être discuté sur des programmes qui n'ont pas mon assentiment.

    Je commencerai donc par le candidat François Fillon qui est passé sur France 2 ce 23 mars 2017. Je reviendrai sur les trois autres candidats qui ont déjà pratiqué l'exercice en février et début mars, leur prestation étant visible en replay: Marine Le Pen, Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon, en attendant les autres.

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE  6 : PROJET ET PROGRAMME FRANÇOIS FILLON 1 sur 3

    (d'après une photo de Thomas Bresson, wikipédia, licence CC BY 4.0)

    D’UNE MANIÈRE GÉNÉRALE,  L’ÉMISSION DE FRANCE 2 du 23 MARS

    Si je devais donner un sous titre à la prestation de François Fillon, j’écrirais : LE TOUT POUR LE TOUT ou UN CANDIDAT JOUE SON VA TOUT...POUR REGAGNER DES POINTS DANS LES SONDAGES.

    L’émission a duré deux heures durant laquelle l’objectif aurait pu permettre d’approfondir, par rapport au débat de TF1, son programme : expliquer son projet économique, sa conception de l’école, l’Europe, la sécurité...

    Je pense que c’est raté.

    François Fillon a plutôt essayé de se refaire une virginité en voulant ouvrir une nouvelle affaire qui ferait, croit-il, oublier les siennes, en axant sa stratégie de campagne sur le renforcement de sa théorie du « complot » qu’il veut faire accréditer auprès de ses électeurs, n’hésitant pas à accuser le président de la République d’en être l’instigateur qui, selon lui, animerait un "cabinet noir *" pour détruire son honorabilité. J’y reviens car l’accusation est grave, le chef de l’Etat est officiellement mis en cause.

    La tactique est vieille mais cela peut marcher auprès des irréductibles des électeurs de droite qui croient au projet qu’il présente et veulent que l’alternance ait lieu quelles que soient les défauts de celui qui le porte. Cela marchera-t-il auprès des autres électeurs de droite dont François Fillon a besoin pour être au deuxième tour ?

    En bref, près d’une demi - heure d’émission, sur deux heures, consacrée « aux affaires » alimentée par François Fillon lui-même, c’est un peu beaucoup. Cela relance les affaires dont je crois beaucoup de monde sature.

    Une drôle de stratégie alors que l’on pouvait commencer à entrevoir la possibilité d’examiner sérieusement les programmes ce qui, avec raison, était d'ailleurs réclamé par François Fillon.

    Il me semble là que ce coup médiatique est un coup d’éclat tactique pour tenter de regagner des points dans les sondages, tentative que je juge personnellement faisant parti de l’escalade désespérée du candidat pour diminuer l’impact de ses propres affaires sur l’électorat quitte à confirmer un soi-disant complot dont il n’a en réalité aucune preuve tangible. Il se base sur les « bonnes feuilles » d’un livre (Bienvenue Place Beauvau, police : les secrets inavouables d’un quinquennat, d’Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé (Robert Laffont, 246 pages,) qu’il n’ a pas lu puisque non encore publié au moment où il le cite. Les auteurs ont d’ailleurs dénoncé ensuite l’instrumentalisation faite de leur ouvrage dans lequel ils ne prouvent en aucune manière l’existence ou non d’un « cabinet noir ». Il tente le TOUT POUR LE TOUT.

    Il eut à mon sens été plus habile après avoir reconnu ses erreurs de se consacrer à défendre son programme.

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE  6 : PROJET ET PROGRAMME FRANÇOIS FILLON 1 sur 3

    (image de la Bibliothèque bodléienne d’Oxford, domaine public)

    LES AFFAIRES

    Difficile donc de ne pas y revenir puisque cela a pris un quart du temps de l’émission sans rien apporter de plus que ce que l’on connaît sauf des excuses pour avoir accepté les « costumes » cadeaux et les avoir rendus. Pour le reste... beaucoup de temps perdu pour rien si ce n’est redire qu’il est innocent et que ce qu’il a fait il l’a fait en toute légalité.

    Je redis pour ma part ce que j’ai déjà exprimé sur ce blog :

    « Ce que visiblement n’a pas compris François Fillon c’est que ce qui pose problème est son attitude. Qu’il crie à son innocence ne me gène pas.

    Mais François Fillon conteste que la justice puisse continuer de fonctionner alors qu’il est candidat et qu'il ait lui même demandé qu'elle fasse diligence avant de changer d'avis en disant qu'il était suspect qu'elle aille aussi vite. La ficelle manipulatoire est grosse ou alors il croit que nous avons une mémoire de poisson. »

    Comme Marine Le Pen, François Fillon rejette sur les médias et la justice la situation dans laquelle il est alors que de cette situation de démêlés judiciaires, il en est complètement responsable.

    Comme simple citoyen, j’estime que même si François Fillon s’est expliqué sur l’emploi de son épouse et ses enfants et qu’il avait le droit de les employer, il est clair qu'il a aussi su montrer qu’il était sensible à conserver un certain train de vie financier en utilisant les possibilités que lui donnait la loi pour rémunérer ses proches.

    Il n’y a de la part de François Fillon aucune excuse de ce point de vue. Les sommes allouées lui semblent donc « normales ».

    On peut ajouter, depuis, les costumes à 7 000 euros pièce, cadeaux d’un généreux donateur qu’il a accepté même s’il dit les avoir rendus. Au total près de 50 000 euros de cadeaux en costumes... Curieux voire indécent. Mais le même François Fillon ose dire dans un classe dans une émission sur C8 qu’il veut que les élèves aient un uniforme : "Je veux que l'école soit le lieu où tout le monde se sent égal à l'autre, a indiqué le député de Paris. Il n'y a pas de différence à l'école. Il n'y a pas des enfants qui ont des parents qui ont plus d'argent que d'autres, qui peuvent s'acheter des vêtements plus chers que d'autres." Ah bon? J’y reviendrai lors de l’étude de son programme pour l’École.

    C'est tout cela qui choque bien au delà du fait que les emplois ou les cadeaux soient entachés ou non d’illégalité ce dont la justice décidera.

    A l’évidence sa relation avec l’argent ne colle pas avec le profil que monsieur Fillon s’était forgé de probité, de « chevalier blanc » voulant imposer aux français des sacrifices pour redresser la France.

    « L’austérité n’est donc pas pour tout le monde. »

     

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE  6 : PROJET ET PROGRAMME FRANÇOIS FILLON 1 sur 3

    (auteur geralt, CC0 domaine public)

    AFFAIRES : DERNIÈRE MINUTE

    François Fillon qui voulait que la campagne reprenne ses droits pour que le citoyen puisse prendre en compte les programmes relance les médias sur les affaires à partir du livre cité plus haut qui vient donc de paraître et qu’il est en train de faire décortiquer par ses conseillers ou soutiens proches pour tenter de lancer une procédure judiciaire nouvelle. Tout cela est contradictoire. Ils n’ont sans doute que cela à faire, le programme de François Fillon continuera ainsi d’être inaudible. ils pensent peut-être que les citoyens croiront au complot... 

    En quoi cela va-t-il lui servir ? Est-ce bien opportun une fois encore que de polluer la campagne ? Veut-il continuer d’être inaudible voire rendre inaudible les autres candidats?

    Je le disais précédemment, la technique d’allumer un contre feu pour éteindre l’incendie de ses propres affaires est une grosse ficelle utilisée depuis des décennies voire plus pour essayer de masquer aux yeux de l’opinion ses propres problèmes. C’est tout ce qu’il a trouvé pour espérer regagner des points dans les sondages. Il fait une grave erreur car cela ne convaincra que son socle d ‘irréductibles et pas tous les français. 

    Hé oui, ras le bol des affaires, de ses affaires.  Reste une trentaine de jour avant l’élection... Et si on parlait programme? Car sans cette affaire Fillon, j’eusse gagné du temps à examiner les programmes plutôt que de devoir commenter, par force, des attitudes et actions qui n’ont rien à voir avec une vraie campagne présidentielle.

    Le véritable complot est celui de nous faire prendre des vessies pour des lanternes et , sans cesse, de polluer par des écrans de fumée médiatiques le vrai débat qui devrait avoir lieu pour l'élection présidentielle. En quelque sorte...un complot contre la démocratie.

    Entre les sondages qui induisent de voter "utilement" y compris au premier tour et ce fatras des affaires qui brouillent tout... Où va-t-on?

    En quoi, de toute façon, cela change-t-il la responsabilité du candidat quant à ce qui lui arrive ? François Fillon a été découvert comme un homme dont les rapports avec l’argent ne sont pas ce qu’ils devraient être quand on veut mettre en place une politique qui demande des efforts aux français dans tous les domaines comme j’ai pu le constater dans son programme économique...

    ...que je mets en examen dans l’article qui va suivre....

     

     

    * L'expression « cabinet noir » désignait un service de renseignement, chargé de l'inquisition postale et de cryptographie. De tels services œuvraient dans la plupart des pays européens, dès l'établissement des services postaux.

    Le « cabinet noir » interceptait pour le compte des gouvernants de nombreuses correspondances, afin de repérer et censurer les opposants politiques, et s'informer des courriers diplomatiques ou militaires. Cette pratique, en vigueur dès l'ouverture de la poste au public, a été l'une des motivations de l'institution du monopole postal, présenté publiquement comme un moyen de protéger les usagers.  (Plus d'information sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Cabinet_noir)

    « CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE : LES PROJETS ET PROGRAMMES 5 - DÉBAT SUR TF1MANUEL VALLS, POLITICIEN QUI NE RESPECTE PAS LA PAROLE DONNÉE »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 29 Mars à 09:37

     

    Un petit conseil M. Fillon: "Quand se profile l'inévitable, autant feindre d'en être l'organisateur..."

     

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter