• Balade en Finistère: Roscoff et Saint-Pol-de-Léon

    Ballade en Finistère: Roscoff et Saint-Pol-de-LéonNous nous sommes déplacés plusieurs fois à ROSCOFF non seulement pour aller au marché sur le port, mais aussi faire une petite visite de la ville et du port ou pour embarquer sur le ferry qui devait nous mener à l’île de BATZ.

    « Roscoff occupe la pointe du promontoire qui ferme à l'ouest la baie de Morlaix. La ville s'étend sur 619 hectares au nord de Saint Pol de Léon à 5 kilomètres de là. Elle  possède 14 kilomètres de côte avec plusieurs plages de sable blanc très fin. » (Source Wikipédia)

    (Carte d'après Via Michelin)

     ROSCOFF

    Ballade en Finistère: Roscoff et Saint-Pol-de-LéonC’est un « ancien havre de corsaires » d'où partirent les Johnnies* pour vendre  leurs oignons rosés. Nous avons visité le petit musée (nommée maison des Johnnies)  qui leur est consacré mais il faut bien dire qu’il manquait, ce jour-là, un guide  pour nous informer sur ce qui fut une importante activité de développement de la Cité notamment vers la Grande-Bretagne, les anglais étant très friand du fameux oignon rose. Encore aujourd’hui, la région de ROSCOFF est réputée pour la culture de cette plante herbacée et potagère.

     

     

    ( Roscoff-les Johnnies, image source www.delcampe.net, , domaine public)

     

     

     

                 (une vue du port de Roscoff)

    Ballade en Finistère: Roscoff et Saint-Pol-de-Léon

    En bref, c’est une jolie petite cité portuaire et balnéaire qui a conservé un patrimoine architectural des xvie et xviie siècles. Elle a un important  port de ferries vers les iles britanniques et l’Espagne.

    Nous avons eu le plaisir de passer une bonne heure dans les bâtiments de la CRIEE.

    Ballade en Finistère: Roscoff et Saint-Pol-de-Léon

     

    Ballade en Finistère: Roscoff et Saint-Pol-de-Léon

     

     

     

     

     

     

     

     (Le goêland que l'on retrouve partout et ici                                   sur un tas de sel sur le quai de la Criée )                                                                                                                                                                                                                       (Bateaux de pêche dont ceux avec les nasses pour les crustacés)

    La CRIEE, encore appelée Halle à marée,est un lieu où le poissons est mis en marché après le débarquement du poisson des bateaux de pêche. Cette vente traditionnelle à la criée , au plus offrant, remonte à l’antiquité. Dès que débarqué, le poisson est trié selon les normes européennes et vendu aux enchères par lots aux mareyeurs  (grossistes) et aux poissonniers. Le conditionnement, l’expédition sont ensuite faits sur place. On suit le parcours du poisson, de la capture à l'assiette, avec un documentaire vidéo, une exposition permanente et les commentaires d'une guide, pour une visite interactive d'environ une bonne heure .

    Avant, la vente était effectivement faite par le «  crieur » et chaque mareyeur devait être présent pour participer avec ses codes personnels d’enchérissement  connus de celui qui organisait la criée. La guide décrypte, avec humour, images à l'appui, le scénario d'une vente traditionnelle à la voix : déroulement des enchères, signes furtifs échangés,.... Des baies vitrées donnent une vue panoramique sur le tri du poisson et la préparation des ventes. Depuis la criée s’est informatisée et la vente aux enchères se fait à distance pour la majorité des mareyeurs.

    "La nouvelle Criée de Roscoff est ouverte depuis le printemps 2003. Elle joue un rôle essentiel pour les professionnels de la pêche en Nord-Finistère. Ses installations - mises en service début 2003 sur le site du port de Bloscon à Roscoff - permettent de traiter annuellement jusqu'à 4500 tonnes de poisson frais.  La visite de la  criée de Roscoff permet aux visiteurs de tous âges de découvrir les coulisses de la filière pêche : les espèces pêchées, les métiers, les savoir-faire…"   

    (Source des précédentes informations: la guide lors de la visite et l' Office de tourisme de Roscoff et la CCI de Morlaix).

     Ci- après une vue depuis le quai  où sont déchargés les poissons  et  une des pièces de conditionnement où l’on travaille à des températures qui ne dépassent pas les 7 degrés.

     Ballade en Finistère: Roscoff et Saint-Pol-de-LéonBallade en Finistère: Roscoff et Saint-Pol-de-Léon

     

     

     

     

     

     

     

    SAINT POL DE LEON

    Sur la route de Roscoff, nous avons pu visiter Saint Pol de Léon, très jolie ville de plus de 7 000 habitants qui possède une cathédrale  (Saint- Paul Aurélien) et plusieurs  églises qui valent le détour pour se rendre compte de la puissance et de la richesse qu’avait le clergé qui fit bâtir de tels monuments grandioses. Que de sueur, de douleur, de morts pour bâtir ces édifices à la gloire des aristocrates de l'Eglise et d’un dieu qui , si pour certains sans doute il  existe, n’en demandait surement pas autant. Reste quand même la prouessse des architectures splendides notamment de la cathédrale Saint-Paul Aurélien qui « conserve des vestiges romans et témoigne de l’empreinte de l’art normand sur l’architecture bretonne de la fin du 13ème siècle »…"Quant au transept et au chœur, ils datent de la deuxième moitié du 15ème siècle. Le déambulatoire et la chapelle sud ont été achevés au 16ème siècle. » (source Wikipédia).  Ils  ont duré jusqu’à nos jours et perdureront sans doute encore longtemps. Ça ne se raconte pas, ça se voit notamment dans la cathédrale où on prend une bonne leçon de la réalité d'une certaine histoire.  

    Ballade en Finistère: Roscoff et Saint-Pol-de-Léon

    Ballade en Finistère: Roscoff et Saint-Pol-de-Léon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

           ( Une parcelle de ce qu'on peut voir)   

    Nous fîmes ensuite un petit détour par la plage Sainte-Anne pour monter son tertre  jouxtant une vaste aire de jeux et la plage de sable fin et qui nous permit d'avoir une jolie vue sur la baie.

    UN RESTAURANT A CONNAITRE

    Il mérite d’être cité pour  y avoir passé un bon moment de détente gustatif   avec un  repas du soir réussi . On le trouve non loin de la Cathédrale  et se nomme «  Dans la Grand rue » situé dans …la rue du même nom.  L’accueil est sympathique comme le cadre et le patron qui n’est pas avare d’explications sur ce qu’il propose : menus et cartes de produits régionaux.  Exceptionnel pour les amateurs de whisky, une carte très fournie permet de prendre l’apéritif avec le breuvage de son goût , tourbé, fruité , boisé… : cela va du japonais au breton en passant par l’écossais, l’irlandais ou l’américain. Pas moins d’une trentaine de bouteilles sont exposées…Toutes les potions magiques sont au même prix quel que soit l’âge, l’origine…
    Ce n’est pas tout : la carte ou les menus proposés sont d’un excellent rapport qualité prix et avec les amis nous nous sommes régalés, dessert compris. Une carte intéressante et de qualité pour les vins  qui sont proposés au verre à la carafe de 25, 50 ou 75 cl et achève de donner à  cet établissement une référence qui nous fera revenir.

    Pour plus de détail, il faut aller sur le site et surtout ne pas hésiter à y  entrer pour un moment de plaisir en toute simplicité : http://www.danslagrandrue.fr/index.php 

     

    *Les Johnnies étaient des marchands  roscovites qui, à partir du XIX ème siècle partaient chaque année en août, de l'autre côté de la Manche pour vendre leurs oignons.

    «  En 1828, un cultivateur roscovite, Henri Ollivier, affrète une gabarre (bateau destiné au transport des marchandises) la charge d'oignons et avec trois compagnons se dirige vers l’Angleterre .Tel fut l'initiateur et le fondateur du commerce d'oignons en Grande-Bretagne. Là-bas, les vendeurs furent appelés en anglais Johnnies (« les petits Jean ») ou Johnnies Onions…

     Les vendeurs d'oignons faisaient du porte-à-porte portant leurs marchandises tressées sur leurs épaules puis, quand la bicyclette est apparue, sur leurs vélos. Souvent les clients gardaient d'une année sur l'autre « leur » Johnny. »

    Extrait de wikipédia. Des informations plus complètes sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Johnnies ou sur http://www.oignon-de-roscoff.fr/

    Ballade en Finistère: Roscoff et Saint-Pol-de-Léon

     

    (Des oignons rosé de Roscoff en vrac, auteur Glaoadare, 19 août 2006, licence Creative Commons Paternité 3.0 (non transposée))  

    « Balade en Loire Atlantique suite 3Balade en Finistère: l'île de BATZ »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter