• 12 MAI : UNE RENTREE SCOLAIRE A MARCHE FORCEE - 2 sur 2

    Ce 12 mai est donc la reprise à marche forcée de l'école

    Je souhaite courage à celles et ceux qui sont au front face aux élèves, le masque au visage, pour faire l'éducation aux gestes barrières de tous ces enfants qui se posent beaucoup de questions sur ce qu'ils vont faire à l'école, pourquoi ils ne pourront pas jouer et discuter avec leurs copains à la récré... Une pensée particulière aussi pour les "petits" de maternelle dont le "gardiennage" sera encore plus difficile tant il est vrai que pour eux la distance physique avec le camarade, ils auront bien du mal à la respecter... Sans compter qu'il faudra ne pas leur permettre de manipuler ensemble. Pour eux, quel sera l'attitude de celles et ceux qui les encadreront quand ils auront un petit chagrin...avec la distanciation physique, pas simple...Heureusement des municipalités ont eu l'intelligence de ne pas ouvrir les écoles maternelles.

    Oui, une grande pensée pour les enseignants, les assistantes maternelles, tout les personnels de services qui auront à gérer la sécurité sanitaire aux multiples et indispensables règles tout en prenant eux-mêmes des risques pour leur santé. Quant à la pédagogie pour apprendre et instruire, pas sûr qu'elle soit souvent au rendez-vous dans la journée.

    12 MAI : UNE RENTREE SCOLAIRE A MARCHE FORCEE - 2 sur 2

     

    Image par Gerd Altmann de Pixabay

     Il n' a pas été donné sérieusement le temps de préparer tous ces aspects du retour en classe: une rentrée à marche forcée, précipitée qui est un mépris envers les enfants et le personnel qui doit les encadrer. (Voir les délais aberrants pour que cette reprise se fasse: (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/retour-a-l-ecole-le-11-mai-la-boule-au-ventre-1-sur-2-a186374972  ).

    Il n'y aura sans doute que peu d'élèves mais tout cela n'est qu'une répétition, je le disais dans mon article précédent, car la véritable reprise avec un nombre d'élèves plus important se fera le 1er juin.

    Quand il faudra réellement accueillir 15 élèves dans 50 m carrés ce qui est une ineptie technocratique du protocole sanitaire, ce sera encore une autre paire de manches qu'il faudra retrousser... A propos où doit -on caser la maîtresse ou le maître? dans une armoire? ... Humour!

    Ce n'est pas parce qu'Emmanuel Macron et Jean-Michel Blanquer sont allés faire leur  opération de communication - pas très bonne d'ailleurs au niveau des gestes barrières diffusés - dans une école et diffusé à la télé que l'on doit croire que ce sera facile... comme apparemment ils voulaient le démontrer. 

    LE 1ER JUIN : UNE REPRISE DE L'ÉCOLE A MARCHE FORCÉE, DEUXIÈME PHASE.

    Certains diront que tous les enfants ne rejoindront pas l’école le 12. C’est vrai et ça pourrait faciliter l’accueil. Mais qu’en sera-t-il quand il faudra, pour les parents, reprendre le travail, le chômage partiel n’étant plus pris en charge le 1er juin sauf motif : enfant à pathologie ou si l’école ou la crèche ne peut prendre en charge les enfants…?

    Cette rentrée  sera la plus terrible car elle obligera beaucoup plus d’enfants d’aller à l’école…

    L’étau se refermera alors. Et la mesure de groupe de 15 enfants par classe complètement irréaliste prendra alors toute sa signification et sa difficulté d’application.

    Une garderie pour les enfants ? Pourquoi pas. Elle semble nécessaire pour certaines familles. Mais elle ne doit pas être   animée par l’éducation nationale mais mise en place par les communes ce qui doit être possible en leur en laissant le temps de la réflexion pour ajuster ce qui existe actuellement . C’est de leurs prérogatives pour justement que certains enfants puissent s’aérer d’un confinement qu’on peut comprendre de plus en plus difficile pour eux et d’autant plus pour ceux qui habitent dans des petits logements par exemple. Mais de cela , il n'en a jamais été question dans la tête de ceux qui prétendent nous diriger alors qu'il aurait fallu y penser tout de suite pour tenter de mettre en place une organisation qui pouvait pallier aux problèmes de garderie des enfants de celles et ceux qui reprennent le travail ou qui ne l'ont d'ailleurs jamais quitté ou qui l'ont déjà repris. Une fois encore, il n'y a pas eu d'anticipation gouvernementale pour quelque chose qui pourtant existe depuis le début du confinement c'est à dire 56 jours et qui à terme, devait s'amplifier... En bref quand on a commencé à étudier les conditions du dé-confinement, une fois de plus on a improvisé et trouvé une solution apparemment facile: transformer le service public de l'éducation nationale en vaste garderie nationale qu'on met en route dans la précipitation et à marche forcée. Les faits le prouvent et qu'on me démontre le contraire. Le calendrier imposé avant la reprise le montre: les faits sur  http://quaiducitoyen.eklablog.fr/plan-macron-de-de-confinement-precipite-et-hors-sol-2-sur-2-a185883436 et le rapport du sénat : http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/commission/affaires_culturelles/documents/GT_enseignement_scolaire_retour_des_eleves_en_classe_synthese.pdf

    12 MAI : UNE RENTREE SCOLAIRE A MARCHE FORCEE - 2 sur 2

    Image par soumen82hazra de Pixabay

    Le 12 mai  ne sera pas le départ de la vraie reprise mais une répétition pour préparer le 1er juin avec bien plus d’élèves. Et c’est là qu’on pourra apprécier toutes les difficultés que l’on fait subir à l’école dans la précipitation : impréparation pédagogique que ce soit dans les classes face aux contraintes du protocole sanitaire que dans ce qu’on appelle le teléenseignement qui, lui aussi, doit se préparer et pour lequel il est difficile d' improviser si on veut qu’il soit de qualité pour répondre à des objectifs de réelle prise en charge de tous les élèves. Ce mode d'enseignement risque de perdurer et  il faudra y mettre les réels moyens techniques nécessaires et pas des discours ou des intentions comme l'a fait jusqu'ici le ministre depuis deux mois . Pour l’instant, chacun bricole comme il le peut avec beaucoup de courage et d'utilité …tant du côté des enseignants avec leurs moyens personnels, ordinateurs et téléphone que du côté des élèves sans parfois de moyens techniques ad hoc voire pas de moyens…

    Les enseignants ont du mérite d'avoir poursuivi leur mission d'éducation et d'instruction sans en avoir les outils nécessaires si ce n'est leur dévouement et leur inventivité pour essayer d'être à la hauteur dans le cadre d 'un enseignement à distance pour lequel ils n'ont pas été formés. J'ai pu constater de visu ce qui se fait. Chapeau! Salut aussi à celles et ceux qui ont pris en charge les enfants des soignants avec tous les risques qui vont avec et parfois sans avoir les moyens de se protéger ne serait-ce que par un masque non fourni par l'éducation nationale...

    Car il ne faut pas l'oublier, le virus est là, invisible. Une petite erreur de protection...et la vie peut basculer.

    12 MAI : UNE RENTREE SCOLAIRE A MARCHE FORCEE - 2 sur 2

    Image par Alexandra_Koch de Pixabay

    EN CONCLUSION TRÈS PROVISOIRE…

    Que l’on reprenne l’école dans un cadre refondé en septembre en sachant où on va pour tous les élèves sans distinction.  C’est tout simple en faisant fi des archaïsmes de la technostructure éducation nationale et des calendriers habituels. Nous ne sommes pas justement dans une situation habituelle mais exceptionnelle.

    Reprenons les cours là où ils se sont arrêtés avec bien entendu comme cela se fait à chaque rentrée scolaire ordinaire, une sorte de révision de ce qui a été acquis et de manière personnalisée. Et ça ne s’improvise pas. Modifions les programmes d’acquisition  en les étalant sur 2021 si nécessaire. Il faut être conscient qu’on n’est pas sûr d’être revenu avant un bout de temps à  l’état d’une vie dite « normale ». 

    Et il faut soigner tous les traumatismes qui n'apparaissent pas mais sont et seront présents dans la tête des enfants. Le ministre Blanquer a annoncé un accompagnement par "12 000 personnels médicaux et sociaux". Comment cela sera-t-il suivi d'effets? Qu'en sera-t-il réellement face au nombre d'élèves d'autant qu'il faudra y ajouter au moins ceux des collèges (6,74 millions pour les écoles et 3,37 millions pour les collèges). Comment croire que dans l'état lamentable actuel de la médecine scolaire délaissée depuis des lustres, on pourra faire face... si ça ne se prépare pas avec les enseignants co-partenaires.

    Alors faisons la réappropriation de l’école par les élèves…et les professeurs de manière sérieuse et pas fondée sur les « à peu près » actuels et improvisés d’un ministre englué dans ses certitudes ineptes qui va jusqu'à croire qu'on rattrapera ce qu'on a pas fait en automne grâce à  "vacances apprenantes" durant l'été en créant un dispositif "d'écoles ouvertes".  Et si on leur "foutait la paix" aux enfants et qu’on organise le nécessaire pour qu’ils se remettent des traumatismes de ces derniers mois parmi lesquels je mets la reprise de l’école...

    C’est peut-être le moment aussi de remettre en cause notre organisation du temps scolaire et de refonder réellement l’école comme n’ont pas su le faire,  par manque de courage politique, les ministres  de Hollande. Il faut revenir sur les archaïsmes de la situation actuelle, confortés par le ministre Blanquer dans la lignée du ministre Darcos,  des rythmes de l’enfant et des jeunes tout en révolutionnant les programmes d’acquisition dans le temps ce que n’a pas su faire la » Haute instance » en y travaillant plus de deux ans.  J’y reviendrai car nombreuses sont les propositions faites et à faire sur le sujet.( Mon avis du 5 juin 2013  :
    http://quaiducitoyen.eklablog.fr/refondation-de-l-ecole-quel-avenir-2-a91985793 )

    N'est-il pas temps de mettre en place cette pédagogie adaptée notamment à ceux des élèves qui sont en difficulté au lieu de supprimer les moyens comme par exemple ceux des RASED depuis des années… sans compter la formation initiale et continue qui ne sont pas à la hauteur des objectifs à atteindre.

    Voilà ce qui pourrait utilement se commencer dès à présent avec les enseignants pour préparer septembre au lieu de leur donner une mission dont l'essentiel sera du gardiennage.

    Oui, la rentrée de septembre doit bien se préparer pour faire véritablement face à la situation qui sera la nôtre à ce moment là et qui devra permettre aux élèves, quelle que soit leur classe, d'avoir un enseignement digne de ce nom dont on aura commencé à renouveler les pratiques pédagogiques et auquel on aura donné les moyens humains et techniques nécessaires.

     Je vais être obligé d'y revenir pour proposer...

    12 MAI : UNE RENTREE SCOLAIRE A MARCHE FORCEE - 2 sur 2

    Image par congerdesign de Pixabay

     

    « 12 MAI : UNE RENTRÉE SCOLAIRE A MARCHE FORCÉE - 1 sur 2DE-CONFINEMENT: DE BIENVENUES BOUFFEES D'AIR FRAIS... »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :