• 11 MAI 2020: EN FRANCE ON DÉCONFINE... PARFOIS A MARCHE FORCÉE

    Il faut certes dé-confiner un jour et la date du 11 mai a été choisie comme objectif pour que cela démarre.

    Je n’entrerai pas dans le débat des zones rouges ou vertes qui anime  nombre de responsables locaux notamment en ce qui concerne les parcs et jardins et les plages. J’y reviendrai sans doute plus tard si je l’estime utile.

    Il faut quand même considérer que sur tout le territoire la situation n’est pas la même qu’on soit habitant de la Lozère, de la Nouvelle Aquitaine, de la Moselle, de l’Ile de France ou Les Hauts de France. Mais il semble impossible de faire des règles nationales différenciées tenant compte de chaque situation. Des possibilités semblent donc exister de pouvoir agir localement en concertation avec les élus locaux et  le préfet. Je  pense qu’au vu de ce qui a été annoncé par le premier ministre, il semble qu’une certaine prudence  est prise de manière générale selon des critères notamment d’occupation des lits de réanimation. Et c’est une bonne chose. On ne peut se permettre en effet de risquer d’aggraver les situations qui sont encore très tendues bien que de manière inégale dans les zones classées en rouge.

    11 MAI 2020: EN FRANCE ON DECONFINE... PARFOIS A MARCHE FORCEE

    Néanmoins il y a peu de différence entre les deux couleurs : En zone verte on ouvrira en plus les parcs et espaces verts et la reprise de la rentrée dans les collèges se fera.
    Des consignes générales se doivent donc d’être appliquées sur tout le territoire. Les unes sont crédibles et applicables immédiatement, d’autres me semblent dictées par la précipitation sans une préparation réelle en amont. Pourtant gouverner c’est aussi préparer et prévoir et tenir compte des réalités du terrain ce qu’à l’évidence les technocrates qui entourent les ministres n’ont pas très bien compris…J’y reviens .

    Pour l’ouverture des parcs et des jardins comme celle des plages, qu’on soit en zone rouge ou en zone verte, il ne faut pas autoriser n’importe quoi qui pourrait faire croire qu’on peut se relâcher et oublier l’essentiel : le virus circule partout et les gestes barrières, la distanciation physique ne doivent pas être oubliés au profit de je ne sais quelle liberté de faire n’importe quoi n’importe comment.  Pensons à notre système de santé qui est en tension même si c’est variable selon les territoires et au personnels de santé qui n’ont pas eu le temps de récupérer, loin de là de la charge de travail immense a laquelle ils ont dû faire face. Si nombre de nos concitoyens qui ont su observer les règles du confinement continueront sans doute à pratiquer la prévention nécessaire dans un cadre plus ouvert et plus large, nombre d’autres concitoyens laxistes  sont capables de mettre en danger les autres par leurs comportements inconséquents.

    Le virus circule partout qu’on soit en zone verte ou rouge. Deux foyers épidémiques viennent d’être annoncés ce samedi dans des départements « verts ». L’un se situe en Dordogne après le non-respect du confinement lors d'obsèques, le 24  avril : neuf personnes ont été testées positives au coronavirus,  20 personnes à l’église pour la cérémonie religieuse et beaucoup plus ensuite, plusieurs dizaines,  au funérarium et au cimetière et lors de la réunion de famille. Le 9 mai, après la découverte d’un cas de personne contaminé, 127  sont testées. Résultat provisoire : 9 CAS confirmés.

    C’est une  illustration de ce qu’il ne faut pas faire :  un type de relâchement qui consiste  à ce qu’un individu lors d’un réunion familiale ou autre en contamine plusieurs…

    L’autre foyer est dans la Vienne : quatre membres de l'équipe pédagogique du collège Gerard-Philippe, à Chauvigny, ont été testés positifs au coronavirus suite à une réunion préparatoire à la reprise. Neuf autres personnes, incluant des personnels de direction et de la collectivité territoriale, ont été placées en quatorzaine. La rentrée au Collège est repoussée.

    Tout est donc très fragile et il ne faudrait pas donc que ceux qui ne font pas attention empêchent les autres de s’aérer… ce dont à l’évidence ils ont besoin.

    Il est donc bon que localement, en zone verte ou rouge, il puisse être décidé en concertation entre les responsables des collectivités locales et le préfet l'ouverture de certains sites de promenade dans la mesure où un plan précis et sérieux  de déambulation est donné et qu'il y ait les moyens de surveillance nécessaire pour le faire respecter...

    11 MAI 2020: EN FRANCE ON DECONFINE... PARFOIS A MARCHE FORCEE

    Il est clair que pouvoir sortir sans attestation pour aller faire ses courses, aller se promener prendre l’air dans un parc ou même sur la plage alors qu’on habite à côté de celle-ci devient nécessaire pour se détendre et sortir du traumatisme créé par le confinement et donc retrouver une vie plus souple notamment pour les enfants.  Mais cela ne veut pas dire prendre les risques de se faire contaminer dans un supermarché bondé,  à la plage ou sur la digue en passant à proximité d’un jogger qui expectore…  De fait dans certaines situations, outre les mesures sanitaires de circulation qui devront être prises par les responsables  des divers lieux, il sera bon que le port du masque soit la règle voire une obligation… quand c’est nécessaire.

    Car peut-on faire confiance à tout le monde ? J’en doute quand je constate le comportement de certains. Hier dans une file d’attente devant un supermarché, si je voyais des clients tout à fait disciplinés respectant les distances physiques d’usage, je constatai aussi sur un temps de quelques minutes le comportement d’un homme poussant un chariot, clamant qu’il ne ferait pas la queue et une dame tentant de passer en début de file…Ils ont été justement invités par le vigile à se calmer et à rejoindre la queue de la file d'attente.

    DES MESURES ADAPTÉES MAIS AUSSI DES INCOHÉRENCES

    Ne pas autoriser l’ouverture des collèges dans les zones rouges en fait partie. Il eut été plus sensé de ne pas autoriser l’ouverture sur tout le territoire. Le virus circule apparemment ou de manière invisible partout qu’on soit dans un collège de zone verte ou de zone rouge.  

    Interdire les rassemblements de plus de 10 personnes, limiter les déplacements sur les longues distances entre les départements mais les autoriser à plus de 100 kms dans le même département est une mesure correcte. Il est inutile d’aller augmenter la contagion dans les endroits plus épargnés.

    Attendre d’avoir fait le point pour autoriser la réouverture les bars et restaurants, concerts, cabarets, cinémas  et autres lieux confinés se justifie amplement. De même interdire toutes les grandes manifestations, l’ouverture des très grandes surfaces  sources de promiscuités et de croisements est une mesure cohérente dans le contexte actuel de circulation du virus. Permettre la pratique des sports individuels est aussi une bonne mesure.

    Je ne vais par faire le tour de tout ce qui a été préconisé, ce serait inutile. Chacun y a accès. Je ne m‘attarderai donc qu’à ce que j’estime pas assez adapté, risqué ou incomplet dans ces mesures alors qu’on annonce une certaine progressivité qui  dans certains cas est contradictoire  avec une précipitation quant à la mise en place.

    Cela porte sur les transports, l’école, le port du masque entre autres.

    11 MAI 2020: EN FRANCE ON DÉCONFINE... PARFOIS A MARCHE FORCÉE

    Image par Tumisu de Pixabay

    LE PORT DU MASQUE
    C’est une très longue histoire pleine d’incohérences, de légèreté, d’incompétences, de technocratisme exacerbé sur laquelle on pourra revenir plus tard pour faire le point des responsabilités et qui fait  que nous sommes dans la situation actuelle de tension qui n’est pas disparue quant à notre capacité de fournir un masque au quotidien à tous ceux qui en ont besoin.

    Si on peut comprendre qu’il ne faut pas rendre le port du masque obligatoire partout, il me semble quand même qu’il y a une différence importante selon que je fréquente un lieu aéré ou une grande artère d’une ville comme Paris, Lille ou autre. Le bons sens aurait été de rendre obligatoire le port du masque dans les  grandes métropoles dans les lieux qu’on sait  pouvoir être chargés de monde . De même, sur tout le territoire, dans tous les lieux brassant beaucoup de gens comme les supermarchés, galeries marchandes, lieux publics très fréquentés. Une règle simple pour ces lieux  : une affiche à l’entrée : PORT DU MASQUE OBLIGATOIRE. Une recommandation ne suffit pas. Dommage que cela n'ait pas été prescrit par le gouvernement.
    Car ne l’oublions pas le port du masque ne peut être efficace que si dans ce type de lieux il est porté par tous et vient en complément des gestes barrières indispensables qu’il ne fait pas oublier.

    Cela veut dire aussi que ce masque doit être à la disposition de toutes et tous de manière facile et si possible sans que ce soit ruineux. Et bien sûr  il faut répéter et répéter en utilisant tous les moyens à disposition de quelle manière on le met, on le porte, on le retire,.. ce qui n’est à mon sens pas assez fait encore au niveau des médias notamment télévisés.  S’il peut être efficace pour la protection de chacun, le masque peut aussi être dangereux si on l’utilise mal.

    A l’évidence, même si des masques «  grand public »  lavables et réutilisables seront fournis par les collectivité locales ou certaines régions, ceux-ci n’auront qu’un temps limité d’utilisation. Un masque c’est insuffisant, deux  voire trois c’est beaucoup mieux.

    Dans l’hypothèse où on peut utiliser ces masques dit grand public, ils coûteront chers sur le long terme. Les prix  sont variables et n’ont pas été encadrés par les autorités publiques ce qui est une faute.  Car on prend ainsi le risque que les gens n’en portent plus à terme chez ceux qui n’auront pas les moyens de les acheter.  Une  fois encore on obéit à la loi du marché, de l’offre et de la demande y compris pour les fabrications françaises. On a même pas été capable de supprimer  la TVA mais tout juste de la baisser  de 20% à 5,5% ce qui est encore trop dans la situation de crise actuelle.

     Pour l’anecdote, là où je réside, deux masques sont annoncés celui de la communauté de communes et celui de la région. A la veille du 11mai, ce dimanche,  je n’ai toujours rien. J’en ai heureusement acquis en pharmacie ce qui me permettra de prendre l’air quand même…

    11 MAI 2020: EN FRANCE ON DÉCONFINE... PARFOIS A MARCHE FORCÉE

    DES MESURES PRISES A MARCHE FORCÉE ET DANS LA PRÉCIPITATION

    L’obligation de porter le masque dans les transports collectifs est une bonne mesure et complète les précautions qui sont mises en place dans les dits transports pour aménager ceux-ci pour qu’il y ait respect de la distanciation physique. Mais comme pour la reprise de l’école, dans ce domaine, les mesures ont été prises à marche forcée, dans une précipitation qui pourrait être préjudiciable à la santé de nos concitoyens. On sait depuis longtemps que la reprise se fera progressivement le 11 mai.

    Il me semble que pour les grandes agglomérations où l’on va prendre le train ou le métro pour aller travailler cela pose quelques problèmes.

    Question un : Pourquoi les sociétés de transport commandent à la hâte, en cette dernière semaine,  les signalisations par exemple ou les produits de désinfection ?  Et il ne suffit pas d’avoir le matériel, encore faut il que les agents des transports public puissent avoir le temps de les mettre aux bons endroits tout en désinfectant les rames.

    Dans la métropole lilloise, la fréquentation des transports en commun a baissé de 92%. Un tiers des bus circule ce qui permet de les nettoyer entièrement avant un changement de chauffeur et de respecter les distances avec les usagers. Mais à partir du 11 mai c’est l’inquiétude des personnels face à une demande qui ira croissante avec la peur de ne pas avoir les moyens humains nécessaires pour faire face au respect des règles sanitaires par les usagers.

     Question deux : Dans les transports comme la SNCF ou la RATP, alors qu’on aménage les rames pour que les passagers s’assoient une place sur deux - ce qui est une bonne chose- on ne double pas le nombre de trains ? Pire, dans certains cas, on ne fait qu’une reprise partielle.  Pas sûr que ça favorisera  l’absence de promiscuité forcée s'il y a de la cohue et du monde qui veut prendre le transport pour aller travailler. On teste mais dans un esprit de faire des économies plutôt que de le faire dans des conditions larges de sécurité sanitaire permettant  un réajustement soit en diminuant soit en augmentant le nombre de rames…  A Lille, le nombre de rames sera-t-il suffisant pour faire face au nombre de voyageurs qui d’ordinaire aux heures de pointe , avant le confinement, est à l’évidence générateur d’une très grande promiscuité. C’est la crainte du collectif des usagers des transports en commun de la Métropole…

    11 MAI 2020: EN FRANCE ON DÉCONFINE... PARFOIS A MARCHE FORCÉE

    Image par Johannes Wünsch de Pixabay

    Pour ce qui concerne l’École, j’ai donné mon sentiment sur le sujet. ( La marche forcée est là aussi flagrante et le ministre Blanquer lance la reprise  le 11mai  dans une grande    impréparation qui se traduit par une précipitation flagrante pour appliquer dans les écoles un protocole sanitaire très pointu  dont on a envoyé la dernière mouture le 1er mai en laissant la semaine suivante pour le mettre en place, semaine qui, je le rappelle en passant,  ne compte que 4 jours ouvrables.
    De qui se moque- t-on pour imposer de tels délais complètement irréalistes et qui sont méprisants pour celles et ceux qui devront subir la mise en place : les collectivités locales bien sûr mais aussi les enseignants en première ligne d’une éventuelle contagion, les élèves et les  parents qui doutent, s’angoissent de ce retour dont ils ne sont pas tous informés avec précision  et notamment  des conditions sanitaires dans lesquelles cela se passera? … Il ne suffit pas de dire comme le premier ministre, le ministre de la santé et celui de l’éducation nationale que le danger de contagion est minime pour les enfants et qu’il y a un protocole sanitaire strict qui sera appliqué. A l’évidence la confiance n’y est pas et c’est bien normal au vu de toutes les contradictions et erreurs de ce gouvernement.  Et dans ce cas c’est avec raison car, pour ma part, j’estime que les enseignants et les élèves vont servir de cobayes à la réalisation d’un pari sur le non  risque qui n’est pas prouvé, loin de là, d’une contagion qui pourrait  s’avérer génératrice d’une augmentation de la propagation de la maladie.( http://quaiducitoyen.eklablog.fr/retour-a-l-ecole-le-11-mai-la-boule-au-ventre-1-sur-2-a186374972 )

    J’y reviens dans le prochain épisode…

    « COD-19 ET LES ENFANTS A L'ÉCOLE: LES INCERTITUDES QUANT A LA CONTAGION 12 MAI : UNE RENTRÉE SCOLAIRE A MARCHE FORCÉE - 1 sur 2 »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :